Pollution atmosphérique un impact sur le déroulement du cycle menstruel

19 octobre 2020

Nous inhalons chaque jour des polluants atmosphériques comme les particules fines et le dioxyde d'azote.

Certains passent dans notre sang et ont un impact sur nos organes.

Des études ont déjà démontré que cette pollution a un effet sur la mortalité cardiovasculaire et sur la croissance in utero des fœtus.

Au sein de l'Institut pour l'avancée des biosciences de Grenoble, l'équipe de Rémy Slama s'est intéressée aux effets à court terme des polluants atmosphériques sur le cycle menstruel. Les scientifiques ont réalisé des dosages hormonaux dans l'urine de 184 femmes n'utilisant pas de contraception hormonale, et les ont mis en relation avec le niveau de pollution de l'air mesuré à leur domicile.

Résultat : chaque augmentation de 10 μg/m3 de la concentration en particules fines dans l'air durant les 30 jours avant le cycle considéré était associée à une augmentation de la durée de la phase folliculaire* d'environ 0,7 jour.

Aucune variation nette de la durée totale du cycle en lien avec la pollution n'a été observée. « Ces résultats sont cohérents avec les données plus fondamentales suggérant que la pollution atmosphérique peut perturber les hormones qui contrôlent le cycle menstruel », détaille Rémy Slama.

Source : Environmental Pollution, février 2020