Mis à jour le 3 mars 2006

Une nouvelle cible thérapeutique dans la leucémie lymphoïde chronique

  • La leucémie lymphoïde chronique est une hémopathie maligne fréquente dont les traitements sont pour le moment non curateurs et entraînent des effets secondaires.

  • Les chercheurs souhaitent découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques qui permettraient de lutter efficacement contre cette pathologie.

  • Une équipe a développé des peptides qui ciblent une protéine située à la surface des cellules leucémiques, induisant leur mort.

Cette découverte a été réalisée par l’équipe « Mort cellulaire et résistance aux traitements dans les hémopathies malignes » du Dr Santos A. Susin au Centre de Recherche des Cordeliers à Paris.

Vos dons en actions
110400 €

Cette aide de la Fondation a permis à Claire Quiney, jeune chercheuse, d’effectuer son stage postdoctoral, en 2009, dans  l’équipe du Dr Santos A. Susin.

La leucémie la plus répandue chez l’adulte

La leucémie lymphoïde chronique est la leucémie la plus fréquente chez l’adulte: elle a touché 4460 personnes en 2013 selon l’Institut de Veille sanitaire. Cette affection a pour particularité une évolution lente, souvent sur plusieurs années. Malgré les progrès réalisés  sur le développement de traitements dans cette pathologie, la leucémie lymphoïde chronique reste incurable. Aussi, les équipes se mobilisent pour trouver de nouvelles cibles thérapeutiques afin d'éradiquer cette maladie. L’équipe du Dr Susin a fait un pas en ce sens : elle est récemment parvenue à provoquer la mort spécifique des cellules leucémiques de patients atteints de leucémie lymphoïde chronique.
Cibler les lymphocytes B pathologiques

Cibler les lymphocytes B pathologiques

La leucémie lymphoïde chronique résulte d’une accumulation de cellules immunitaires, des lymphocytes B, naturellement chargés de fabriquer des anticorps pour lutter contre les agents pathogènes.  Comme toutes les cellules, les lymphocytes B ont normalement une durée de vie limitée. Dans le cas de la leucémie lymphoïde chronique, certains de ces lymphocytes B ne meurent plus et s’accumulent alors dans le sang et la moelle osseuse (leur lieu de production), mais aussi  dans les ganglions et la rate. Les chercheurs ont mis au point une technique innovante pour détruire ces lymphocytes leucémiques et contourner leur résistance à la chimiothérapie.

Des essais positifs dans les cellules tumorales de patients et chez les animaux

A cette fin, ils se sont intéressés à une protéine présente à la surface des  lymphocytes B,  appelée CD47. C’est un « récepteur » sur lequel des protéines, des peptides spécifiques, peuvent se fixer pour déclencher une cascade de réactions moléculaires à l’intérieur des lymphocytes B leucémiques, conduisant à leur autodestruction. Ces résultats ont été corroborés dans des cellules B leucémiques obtenues d’une importante série de malades. Il faut signaler que l’action de ces peptides est efficace même dans les cellules leucémiques résistantes aux médicaments actuellement utilisés en clinique et que les lymphocytes B sains des patients sont épargnés par ce signal mortel. An noter, l’injection de ces peptides sur des souris greffées avec des lymphocytes tumoraux a permis de réduire la masse des cellules tumorales, sans toxicité pour l’organisme.

A partir de ces résultats, l’équipe tente aujourd’hui de développer des nouveaux outils thérapeutiques avec l’espoir d’apporter une solution définitive à la plus fréquente des leucémies dans les pays industrialisés.

Source : Martinez-Torres AC, Quiney C et al. CD47 agonist peptides induce programmed cell death in refractory chronic lymphocytic leukemia B cells via PLC?1 activation: evidence from mice and humans. PLoS Med 2015 ; 12 : e1001796.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.