Mis à jour le 20 novembre 2020

Réparer le coeur sans risque immunitaire

Depuis plusieurs années, les essais cliniques visant à réparer un coeur après un infarctus du myocarde en y injectant des cellules capables de régénérer le muscle cardiaque se multiplient.

L’une des limites de cette pratique est le risque de rejet, par le système immunitaire, de ces corps étrangers injectés.

Mais il a été montré que l’effet bénéfique sur le coeur était avant tout lié à la production de vésicules extracellulaires (VE)1 par ces cellules.

Dès lors, pourrait-on envisager d’injecter directement ces vésicules dans un coeur lésé sans risquer un rejet par l’organisme ? C’est la question que se sont posés Jean-Sébastien Silvestre et son équipe du Paris Centre de recherche cardiovasculaire.

Les chercheurs ont démontré que ces VE exprimaient très peu de molécules dans un modèle murin d’infarctus du myocarde, l’injection de VE directement dans le muscle cardiaque lésé active des cellules inflammatoires bénéfiques pour la fonction du coeur.

Les VE pourraient donc être utilisées chez l’être humain sans qu’un traitement immunosuppresseur2 soit nécessaire en complément.


Source : Cardiovascular Research février 2020

VOS DONS
EN ACTION


309 000


Financement FRM en 2016

#lexique

Lexique

1. Vésicules extracellulaires : vésicules vectrices de matériel biologique transférable à d’autres cellules.

2. Immunosuppresseur : se dit d’un traitement visant à réduire ou supprimer la réaction immunitaire de l’organisme.

En savoir plus sur les maladies cardiovasculaires

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.