Mis à jour le 1 février 2015

Maladies inflammatoires chroniques intestinales : des cellules trop sensibles au stress

  • Les maladies inflammatoires chroniques intestinales sont caractérisées par une inflammation dans certaines zones de la paroi du tube digestif.

  • Cette inflammation serait liée au dysfonctionnement de la régulation de la synthèse d’une protéine, la pantéthéinase Vanin-1, dans les cellules qui tapissent le tube digestif.

  • Philippe Naquet et son équipe tentent de confirmer cette hypothèse en vue de mettre au point des stratégies thérapeutiques.

Cette recherche est menée par Philippe Naquet, à la tête de l’équipe « Inflammation tissulaire et immunité » au centre d’immunologie de Marseille-Luminy.

Vos dons en actions
300000 €

Le projet de Philippe Naquet a été sélectionné par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2014.

Il lui a été attribué un financement de 300 000 € pour conduire ses recherches.

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales en ligne de mire

Les MICI se caractérisent par une inflammation chronique de la paroi du tube digestif. Ces pathologies sont fréquentes dans les pays occidentaux : elles concerneraient 1 personne sur 1000 en France. Les deux principales entités sont la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Aujourd’hui, la recherche redouble d’efforts pour trouver de nouvelles stratégies de prise en charge. C’est l’objectif que se sont fixés Philippe Naquet et son équipe.
Une inflammation liée à un stress cellulaire

Une inflammation liée à un stress cellulaire

Normalement, les cellules qui tapissent la paroi du tube digestif, les cellules épithéliales digestives, sont tolérantes vis-à-vis de la flore bactérienne naturellement présente à leur surface. Mais dans certains cas, cette tolérance diminue, ce qui induit un processus complexe appelé « stress cellulaire ».

Suite à ce stress, les cellules épithéliales digestives sécrètent des molécules qui attirent les cellules immunitaires vers la zone tissulaire en cause. Les cellules immunitaires déclenchent ensuite l’inflammation caractéristique de la maladie, et les lésions qui y sont associées.

Pantéthéinase Vanin-1 : une protéine centrale du processus ?

Philippe Naquet et son équipe se sont intéressés aux protéines dont l’altération pourrait affecter le fonctionnement des cellules épithéliales digestives et ainsi entretenir un stress cellulaire inapproprié. Les chercheurs ont identifié, dans des modèles de souris et chez des patients atteints de MICI, une protéine, la pantéthéinase Vanin-1, qui agirait comme une molécule permettant l’adaptation des cellules intestinales au stress tissulaire. Elle jouerait un rôle central dans l’induction d’une réponse appropriée des cellules épithéliales digestives face à un stress, ce qui conditionne plus tard le degré d’activation du système immunitaire.

Déroulé du projet

Philippe Naquet et son équipe souhaitent aujourd’hui tester l’hypothèse selon laquelle une dérégulation dans la synthèse de la pantéthéinase Vanin-1 représenterait un facteur de risque pour ces maladies inflammatoires. De plus, ils veulent comprendre ses mécanismes d’action et tester l’intérêt de son ciblage pour la mise au point de thérapies.

Leurs travaux seront menés chez des modèles animaux, sur des cultures cellulaires et sur des biopsies issues de patients. Les chercheurs utiliseront diverses techniques de biologie et de génétique moléculaire.

Ce projet pourrait apporter des informations précieuses quant aux premières étapes de l’installation d’un stress au sein des cellules épithéliales digestives : un véritable pas pour l’élaboration de nouvelles stratégies thérapeutiques dans les MICI.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.