Mis à jour le 1 septembre 2017

Risque accru de maladies coronariennes et d’AVC chez les dépressifs sévères âgés

  • La dépression chez les personnes âgées revêt des formes pouvant évoluer avec le temps, ce qui rend l’étude de son impact sur la santé difficile.

  • Les chercheurs se sont penchés sur le lien entre la dépression et la survenue de maladies cardiovasculaires au sein d’une population de personnes âgées suivie dans le cadre de l’étude des 3 Cités.

  • Leurs résultats suggèrent que, chez les patients âgés présentant des symptômes sévères de dépression de manière répétée, le risque combiné de développer une maladie coronarienne ou un accident vasculaire cérébral augmente.

Cette découverte a été réalisée par une collaboration de plusieurs équipes de recherche françaises situées à Paris, Bordeaux et Montpellier.

Vos dons en actions
1500000 €

La cohorte (étude des 3 Cités), à partir de laquelle ont été réalisés ces travaux, a été en partie financée en 1998 par la Fondation pour la Recherche Médicale à hauteur de 1,5 million d’euros. Elle continue aujourd’hui à nous apporter des informations précieuses en matière de santé publique.

La dépression se développe à tout âge

La dépression est l’une des pathologies psychiatriques les plus répandue en France : elle toucherait 20 % des personnes dans le pays. Elle se caractérise par des troubles de l’humeur ayant de forts retentissements sur la vie quotidienne, entrainant perte de motivation et forte baisse de l’estime de soi. Cette pathologie peut être très grave, l’Académie de Médecine estime en effet qu’elle multiplie par 21 le risque de suicide.

La dépression peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente chez les adultes. Le site de l’Assurance Maladie précise qu’elle a concerné 25,5 % des personnes âgées de 15 et 54 ans en 2010 et 4,4 % des personnes âgées de 55 et 85 ans dans la même période. Des études antérieures ont déjà montré que la dépression ou des symptômes dépressifs sont souvent associés avec la survenue de certaines pathologies cardiovasculaires notamment chez les sujets âgés. Cependant, aucune étude n’a clairement montré à ce jour une quelconque relation causale.

Une étude dans la population française

Une étude dans la population française

Les symptômes de la dépression peuvent varier au cours du temps, et ce plus particulièrement chez les sujets âgés.

Cela rend difficile l’examen de l’impact de la maladie sur la survenue de pathologies cardiovasculaires.

Dans ce travail, l’équipe de chercheurs a utilisé les données provenant de l’étude dite des « 3 Cités ».

Cette cohorte regroupe 9 294 personnes recrutées dans les villes de Bordeaux, Dijon et Montpellier qui, régulièrement pendant 10 ans, ont effectué des entretiens et des examens médicaux.

Elle est donc idéale pour une observation prolongée de l’évolution des symptômes dépressifs dans une large population au cours du temps.

Des données intéressantes pour la santé publique

7 313 personnes du groupe ont été sélectionnées, toutes âgées de plus de 68 ans. L’importance des symptômes dépressifs était régulièrement recherchée durant les entretiens médicaux. Au cours du suivi, les chercheurs ont recensé la survenue de 629 cas de maladies coronariennes et d’accident vasculaire cérébral. Après avoir pris en compte les caractéristiques sociodémographiques et les facteurs de risque cardiovasculaires personnels des individus, les chercheurs ont conclu que le risque combiné de développer une maladie coronarienne ou un AVC augmentait en cas de symptômes dépressifs importants chez les personnes âgées. Ce résultat n’était pas modifié en cas d’invalidité ou encore de prise d’antidépresseurs. Cette étude vient donc consolider l’hypothèse selon laquelle la dépression serait un facteur de risque pour les pathologies cardiovasculaires. Des données très intéressantes en matière de santé publique.

Source : Péquignot R et al. High Level of Depressive Symptoms at Repeated Study Visits and Risk of Coronary Heart Disease and Stroke over 10 Years in Older Adults: The Three-City Study. J Am Geriatr Soc 2016 ; 64 : 118-125.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.