Mis à jour le 4 novembre 2013

Dépression et troubles bipolaires : cibler la communication entre les neurones

  • La dépression touche 3 millions de personnes en France chaque année.

  • 30 % des patients sont résistants aux thérapies actuelles : les chercheurs essaient de mettre au point de nouveaux traitements pour cette maladie.

  • Ils s’intéressent plus particulièrement à la sérotonine, une molécule clé dans la régulation de l’humeur et l’apparition des états dépressifs.

Cette recherche est menée par Philippe Marin et son équipe "Neuroprotéomique et signalisation des maladies neurologiques et psychiatriques" à l'Institut de Génomique Fonctionnelle de Montpellier.

Vos dons en actions
567100 €

L’équipe de Philippe Marin a été labellisée Equipe FRM en 2005 et en 2009.

Elle a reçu 567 100 € pour mener à bien ce projet.

Au cœur de la transmission neuronale

Le cerveau est composé de milliards de neurones qui communiquent sans cesse entre eux. La transmission d’informations d’un neurone à un autre se fait par des molécules, les neurotransmetteurs. Ce processus est finement régulé via des protéines spécifiques, les transporteurs.

Philippe Marin et son équipe, dans le cadre de leurs travaux visant au développement de nouveaux traitements de la dépression, s’intéressent plus particulièrement au transporteur de la sérotonine. La sérotonine est un des principaux neurotransmetteurs de l’organisme, et serait très impliquée dans les mécanismes de la dépression.

La plupart des antidépresseurs actuels agissent sur le transporteur de la sérotonine afin de stimuler la communication entre les neurones.

Découverte de deux protéines impliquées dans cette modulation

Découverte de deux protéines impliquées dans cette modulation

Les chercheurs s’intéressent plus particulièrement aux protéines qui interagissent avec ce transporteur. Leur objectif est d’isoler des protéines qui modulent son activité et pourraient ainsi servir de cibles dans la mise au point de nouveaux traitements.

Pour étudier la structure, le rôle et l’interaction de ces protéines au sein des cellules, l’équipe utilise des techniques dites de «protéomique». Lors d’un précédent projet financé par la Fondation pour la Recherche Médicale en 2005, les chercheurs avaient déjà mis en évidence une interaction entre le transporteur de la sérotonine et une protéine, la NO synthase. Les chercheurs avaient ainsi montré que cette liaison augmentait la communication entre les neurones, tout comme le font les antidépresseurs.

Grâce à un second financement accordé par la FRM en 2009, Philippe Marin et son équipe ont découvert une deuxième protéine, la calcineurine, qui, une fois activée, a la capacité d’interagir avec ce transporteur. Là encore, cette interaction avait un effet antidépresseur.

Une application dans un domaine inattendu

Cette découverte pourrait avoir des retentissements inattendus. En effet, des médicaments inhibiteurs de la calcineurine sont couramment administrés aux patients ayant subi une greffe afin d’atténuer la réaction immunitaire et prévenir les risques de rejet.

Parmi les effets secondaires rencontrés lors de la prise de ces molécules, figurent en bonne place un état dépressif. Ce dernier peut parfois conduire les patients à changer de traitement. Les interactions entre calcineurine et transporteur de la sérotonine découvertes par l’équipe pourraient expliquer l’apparition d’un tel état, ce qui constitue une piste intéressante de recherche.

La mise en évidence de cette modulation de l’activité du transporteur de la sérotonine par la calcineurine pourrait ainsi permettre de développer de nouveaux traitements de la dépression ou d’améliorer les médicaments existants afin de prendre en charge les patients non répondeurs aux antidépresseurs usuels.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.