#virus-emergent

Qu’est-ce qu’un virus émergent?

On qualifie d’ « émergent » un virus qui apparaît nouvellement au sein d’un hôte, c’est-à-dire qu’il était jusqu’à présent inconnu à l’intérieur de l’organisme qu’il infecte. Ces virus sont particulièrement suivis par la communauté médicale car ils peuvent à l’origine de maladies encore inconnues, donc parfois difficiles à enrayer. Aujourd’hui, de nombreux facteurs tels que les modifications écologiques, l’augmentation des mouvements animaux et de la densité de la population mondiale, ainsi que l’amélioration des moyens de transport favorisent leur apparition et facilite leur transmission.
#origine-virus-emergent

D’où viennent ces virus émergents ?

Les virus sont spécifiques à leur hôte, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent infecter qu’une ou plusieurs espèces en particulier. Ceci est dû à leur mode de reproduction : les virus ne sont en effet pas capables de se multiplier par eux même. Ils doivent nécessairement entrer dans une cellule hôte et détourner sa machinerie pour se reproduire.
La grande majorité des virus émergents chez l’Homme proviennent de « réservoirs animaux » : leur infection est tout d’abord prédominante chez une espèce animale en particulier (grand singe pour le virus Ebola, volatiles dans le cas du virus de la grippe aviaire H5N1…). Ensuite, il peut arriver que via divers mécanismes génétiques (mutations, réarrangements…), ils parviennent à s’adapter à l’Homme, c’est-à-dire à entrer efficacement dans ses cellules, à s’y multiplier puis à se transmettre entre personnes.

Des virus émergents à l’origine de plusieurs épidémies ces dernières décennies

Grippes espagnole et de Hong-Kong, Chikungunya, Dengue, Ebola… l’histoire de l’humanité a été jalonnée de maladies liées à ces virus émergents, qui sévissent parfois encore aujourd’hui.

#coronavirus

Les coronavirus

Les coronavirus sont très répandus, et sont en général responsables de simples rhumes et de syndromes grippaux bénins. Mais certains acquièrent des propriétés qui les rendent agressifs et hautement transmissibles. Une première épidémie mettant en jeu le virus SRAS-CoV a été à l’origine, selon l’Inserm, de 774 décès entre novembre 2002 et juillet 2003.
Le SARS-CoV-2 qui sévit aujourd’hui autour du globe est un parent proche du virus SRAS-CoV, responsable d’un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Bien qu’appartenant à la même famille, SARS-CoV-2 et SRAS-CoV sont des virus différents.

#grippe

Les virus de la grippe

Il n’y a pas une grippe, mais des grippes, chacune provoquée par des virus différents plus ou moins pathogènes ou contagieux. L’un des plus connus, le virus de la grippe espagnole (H1N1) a, selon l’Inserm, fait des dizaines de millions de morts en 1918. Vous pouvez retrouver plus d’informations au travers de notre dossier « Grippe ».
 

#Ebola

Virus Ebola

Le virus Ebola est à l’origine d’une maladie grave qui se traduit d’abord par de la fièvre, des maux de gorge, une fatigue… et en phase tardive par des diarrhées, des vomissements et des hémorragies. Souvent d’issue fatale, Ebola aurait, selon l’Inserm, touché 28 400 personnes lors d’une épidémie ayant eu lieu entre 2014 et 2015, et a été à l’origine de 11 300 décès.

#Lassa

Virus de Lassa

Le virus de Lassa a été identifié en 1969 d’après l’OMS. A l’instar du virus Ebola, cet agent infectieux est aussi responsable d’une fièvre dite « hémorragique », la fièvre de Lassa. Dans la grande majorité des cas, la maladie passe inaperçue. Lorsqu’ils se déclarent, ses symptômes sont très divers, allant de la fièvre à des douleurs diffuses, en passant par des troubles digestifs, une toux… Dans ses formes les plus sévères, le virus peut entrainer des hémorragies, un coma, une surdité… L’OMS estime que la pathologie est mortelle dans 1 % des cas.

#Chikungunya

Virus du Chikungunya

Décrit pour la première fois en 1952, le virus du Chikungunya est à l’origine d’une maladie caractérisée principalement par une fièvre élevée et de très fortes douleurs articulaires invalidantes. Elle est transmise par le moustique. Si la maladie n’est pas létale, elle peut parfois générer des douleurs sur une très longue période. Des formes plus graves peuvent néanmoins être retrouvées chez les personnes fragiles (âgées, immunodéprimées, nouveaux nés issus de mère malades durant l’accouchement…).

#Dengue

Virus de la Dengue

Ici encore, le virus de la dengue est transmis à l’homme par le moustique. Souvent bégnine, elle entraine une forte fièvre, ainsi que des symptômes variés tels que des maux de tête, des douleurs, des vomissements… Malgré tout, il existe tout de même des formes sévères de la maladie : l’Inserm estime ainsi que la dengue est responsable de 25 000 décès par an, dont une forte proportion d’enfants.

#Zika

Virus du Zika

Le virus du Zika est apparu en Afrique en 1947. Une fois n’est pas coutume, son principal vecteur est le moustique. La maladie qu’il provoque est très souvent sans symptômes (70 à 80 % des cas selon l’Institut Pasteur) ce qui rend sa détection parfois difficile. Dans le cas contraire, ils engendrent le plus souvent un syndrome grippal, accompagné d’autres manifestations.

#axes-recherche

Quels sont les axes de recherches poursuivis lors de l’émergence d’un virus ?

Les voies de recherche lors de l’émergence d’un nouveau virus sont multiples.

Tout d’abord, à court terme, les chercheurs ont pour but de déterminer rapidement son réservoir animal initial : cela permet de prévenir les contaminations. Ensuite, il faut bien caractériser les symptômes qu’il provoque pour pouvoir prendre en charge rapidement les patients.

A moyen terme et du point de vue fondamental, il s’agit de mieux étudier les phénomènes impliqués dans l’infection virale (entrée du virus dans les cellules, mécanismes impliqués dans sa transmission et dans sa multiplication…) en vue de développer des traitements antiviraux adaptés. Enfin, bien sûr, le développement de vaccins spécifiques est aussi dans la ligne de mire des chercheurs.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.