Mis à jour le 1 septembre 2014

Infections nosocomiales : découverte d’une molécule responsable de la résistance des staphylocoques dorés à certains antibiotiques

  • Les staphylocoques dorés sont des bactéries particulièrement agressives responsables de nombreux cas d’infection en établissement de santé.

  • Alex Eyraud a découvert une molécule, SprX, qui diminue la résistance de ces microorganismes aux glycopeptides, une famille d’antibiotiques usuels.

  • Ses travaux pourraient déboucher à l’avenir sur de nouveaux traitements contre cette pathologie.

Alex Eyraud a effectué cette découverte lors de sa thèse sous la co-direction du Pr Pierre Tattevin et du Dr Svetlana Chabelskaya dans le Laboratoire de Biochimie pharmaceutique (Inserm U835) dirigé par le Pr Brice Felden à Rennes.

Vos dons en actions
15600 €

Le projet d’Alex Eyraud a été sélectionné en 2013 par la Fondation pour la Recherche Médicale. Le chercheur a reçu un financement de 15 600 €.

Les staphylocoques souvent en cause

Les infections nosocomiales désignent des infections contractées dans un établissement de santé. Ces pathologies sont relativement courantes : l’Institut de Veille Sanitaire estime que près d’un patient hospitalisé sur 20 y a été confronté en 2012. Parmi les vecteurs de ces maladies figurent en bonne place les bactéries, dont les fameux staphylocoques dorés. Ces microorganismes sont impliqués dans près de 20 % des cas. Particulièrement redoutable, le staphylocoque doré possède une capacité accrue à développer des résistances aux antibiotiques usuels. La lutte contre cet agent infectieux constitue donc un véritable enjeu de santé publique.
Quels sont les éléments à l’origine de cette résistance ?

Quels sont les éléments à l’origine de cette résistance ?

Alex Eyraud et son équipe d’accueil se sont intéressés aux éléments qui confèrent aux staphylocoques dorés cette résistance aux traitements. Pour ce faire, les chercheurs se sont penchés sur les gènes exprimés par ces bactéries qui sont impliqués dans la régulation de la résistance à une famille d’antibiotique de référence, les glycopeptides.

Découverte de SprX

Ils ont ainsi observé qu’une petite molécule appelée SprX influençait la résistance à ces traitements en agissant au niveau de l’expression des gènes. Les chercheurs ont montré que SprX bloquait la production de SpoVG, une protéine notamment impliquée dans le renouvellement de la paroi bactérienne. L’équipe a testé l’inhibition de SprX au sein de staphylocoques dorés soumis à un traitement par des glycopeptides : l’inhibition de SprX augmente la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Une première dans le domaine

C’est la première fois que l’on identifie une telle molécule impliquée dans le contrôle de la résistance aux antibiotiques pour un agent pathogène humain majeur. Les chercheurs ont aujourd’hui déposé un brevet sur SprX, qui pourrait s’avérer très intéressant dans la lutte contre la prolifération de cette bactérie en milieu médical.

Source : Eyraud A et al. A small RNA controls a protein regulator involved in antibiotic resistance in Staphylococcus aureus. Nucleic Acids Res. 2014 Feb 20.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.