Mis à jour le 3 mars 2016

Leucémies aiguës lymphoïdes T : cibler les interactions des cellules tumorales avec leur environnement

  • Les leucémies aiguës lymphoïdes T sont des cancers graves du sang pour lesquelles les thérapies sont peu efficaces.

  • Des chercheurs ont mis en évidence les actions d’une protéine, la calcineurine, dans l’activité des cellules cancéreuses.

  • Bloquer les processus régis par la calcinerine pourrait être une stratégie prometteuse dans ce type de leucémie.

Cette découverte a été réalisée par Jacques Ghysdael et son équipe "Signalisation cellulaire et oncogenèse" à l'Institut Curie d'Orsay.

Vos dons en actions
110400 €

Le projet mené par Jacques Ghysdael a été sélectionné par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2010. Cette somme lui a permis de financer le post-doctorat de Marta Irigoyen, ce qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Les leucémies aiguës lymphoïdes T en ligne de mire

Les leucémies aiguës lymphoïdes sont des cancers du sang prédominants chez les enfants et les adolescents, mais qui peuvent également se produire chez l’adulte.  Ces leucémies sont agressives : les traitements actuels sont lourds et les rechutes fréquentes. Les leucémies aiguës lymphoïdes ont pour origine une prolifération anormale de cellules à l’origine de certaines cellules immunitaires, les lymphocytes. Ces derniers s’accumulent ensuite dans la moelle osseuse, leur lieu de maturation, mais aussi au niveau du sang et des ganglions.

Devant la gravité de cette pathologie, les chercheurs veulent développer de nouveaux traitements de la maladie. Une équipe a récemment découvert une piste thérapeutique encore inexplorée pour traiter les leucémies aiguës lymphoïdes de type T (c’est-à-dire liés à une multiplication anarchique de lymphocytes de type T).
La calcineurine, une protéine au rôle important

La calcineurine, une protéine au rôle important

Les chercheurs ont montré le rôle central d’une protéine, la calcineurine, dans l’activité des cellules cancéreuses. La calcineurine régule les interactions des cellules leucémiques avec leur environnement, agissant notamment sur leur capacité d’adhésion et de migration dans l’organisme. Ils ont ensuite exploré avec plus de précision l’action de la calcineurine au niveau moléculaire.

Bloquer le signal dans la cellule

Grâce à des modèles murins qui miment la leucémie aiguë lymphoïde de type T humaine, les chercheurs ont montré que la calcineurine contrôle la localisation d’une autre protéine située à la surface des cellules cancéreuses : CXCR4. CXCR4 sert de molécule de contact avec le milieu extérieur et a un rôle prépondérant dans les interactions des cellules leucémiques avec les cellules de la moelle osseuse. Cette interaction est indispensable à la migration des cellules leucémiques, mais également à leur survie et leur multiplication.

L’équipe pense donc que bloquer le signal transmis par CXCR4 à l’intérieur des cellules leucémiques pourrait s’avérer une stratégie intéressante pour renforcer l’efficacité des chimiothérapies utilisées dans les leucémies aiguës lymphoïdes de type T et ainsi éviter les rechutes.

Source : Passaro et al. CXCR4 Is Required for Leukemia-Initiating Cell Activity in T Cell Acute Lymphoblastic Leukemia. Cancer Cell 2015 : 27, 769–79.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.