Mis à jour le 1 juin 2021

Laurence Huc

Chercheuse passionnée et engagée, Laurence Huc est toxicologue et responsable d'équipe à l'INRAE (Institut National de Recherche pour l'Agriculture, l'Alimentation et l'Environnement) à Toulouse.

Elle est porteuse du projet lauréat de notre appel à projet "Environnement et Santé Axe 2" dont l'objectif est d'évaluer l’impact sur la santé des SDHI, fongicides couramment utilisés.

Son parcours, ses recherches, mais aussi ses sources d'inspiration et de motivation... décryptage d’une vocation.

Zoom sur le projet de Laurence Huc :
Évaluation de l’impact des SDHI, fongicides couramment utilisés, sur la santé

Le projet Ecohealth SDHI propose de mesurer la contamination de l'environnement et des personnes par les SDHI, des fongicides très employés actuellement, et d'évaluer leur implication dans la survenue de maladies chroniques.

Les SDHI (pour "inhibiteurs de la succinate déshydrogénase") constituent en effet une famille de fongicides dont l’usage s’est accru au cours des cinq dernières années. Ils sont largement utilisés en agriculture, en maraîchage et pour l’entretien des gazons dans le but d'empêcher le développement des moisissures. Les SDHI ont pour propriété de bloquer une enzyme impliquée dans la respiration des cellules et leur métabolisme énergétique. L'équipe porteuse du projet et ses collaborateurs a montré très récemment que les SDHI sont aussi capables de bloquer l'enzyme humaine, comme celle des abeilles ou des vers de terre, remettant fortement en question leur spécificité envers les moisissures. Or, les conséquences cliniques de ce blocage chez l'humain ont été bien décrites depuis 20 ans : il se traduit par des maladies neurologiques et des cancers. Cependant, très peu de données sur les niveaux de contamination par les SDHI, ni sur leur présence dans les urines des personnes exposées professionnellement ou par l’alimentation.

Grâce à une approche pluridisciplinaire, ce projet va mettre au point des méthodes de précision pour détecter les résidus de SDHI et de leurs métabolites. Elles permettront aux scientifiques d’évaluer les niveaux d’exposition dans l’eau et l’alimentation, leur présence dans les urines d’une cohorte d’agriculteurs et dans une collection constituée d'échantillons de la population générale. Ils pourront ainsi rechercher le lien avec la survenue de pathologies comme des cancers, les maladies rénales ou la maladie de Parkinson. Les mécanismes moléculaires spécifiques aux SDHI potentiellement en cause dans la survenue de ces maladies seront étudiés dans des cellules en culture et chez des modèles animaux.

Ce projet sera clôturé par un symposium sur les enjeux de l’usage des SDHI en présence du grand public, des acteurs de la société civile, des parties prenantes et des politiques. Ce cas d'étude sera utilisé pour faire progresser le cadre règlementaire en améliorant l’évaluation du danger et du risque.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.