Mis à jour le 9 mai 2022

Chantal Mathis

Chantal Mathis est directrice de recherche au CNRS, à la tête de l’équipe « Étude neurobiologique de la genèse des réseaux de l’apprentissage et de leur modulation » (Engram) au Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives à Strasbourg, dont elle est également la directrice adjointe.

Son parcours, ses recherches, mais aussi ses sources d'inspiration et de motivation... décryptage d’une vocation.

Un passion avant tout

Le comportement animal ? « Une passion qui a guidé tout mon parcours ! raconte Chantal Mathis. Au cours de mes études à l’université, je me suis spécialisée pour pouvoir faire un pont entre l’éthologie (l’étude des comportements animaux) et les neurosciences. Comprendre comment le cerveau produit les différences de comportement entre les individus au sein d’une même espèce ou entre les espèces me fascine. J’ai commencé à étudier la mémoire, qui influe sur le comportement, dans des modèles de souris. Cette thématique m’a happée. Je travaille davantage du côté des neurosciences, mais progresser dans la compréhension du comportement animal m’est très utile. »

Cette connaissance, elle la doit notamment à une formation complémentaire sur la communication avec le cheval. « Cela nécessite de sortir de notre point de vue de prédateur humain pour intégrer celui de la proie, évoque-t-elle. Cela m’a énormément enrichie, dans la manière d’aborder l’autre – animal ou humain d’ailleurs –, d’essayer de le comprendre sans jugement de valeur. Lorsque je rejoins mon cheval, quatre fois par semaine, j’entre en connexion avec lui. » Un moment privilégié dans un quotidien bien chargé.

L'émotion de la découverte

Son sens de l’écoute, Chantal Mathis le met au service de la direction de son équipe, dans une gestion participative. « Le consensus est important, chacun doit pouvoir s’exprimer et proposer ses solutions. » Elle partage volontiers ses compétences avec ses collègues, lors de formations sur l’éthique et le bien-être animal, mais aussi avec le grand public : « La Semaine du cerveau est une occasion que je ne rate jamais pour échanger sur cette boîte noire qu’est le cerveau, la manière de l’explorer et la question du respect animal. » Son métier ? Elle le voit comme un jeu d’échecs, dans lequel il faut avancer ses pions, en anticipant et en restant humble. « Avec un adversaire immense, la Nature ! Faire une découverte inattendue provoque alors une joie intense. »

La chercheuse mène aujourd’hui, avec deux autres équipes de recherche, un projet original qui lui tient à cœur. Il vise à expliquer la différence de vulnérabilité entre sexes féminin et masculin au tout début de la maladie d’Alzheimer. Elle s’enthousiasme : « Ces travaux devraient, je l’espère, contribuer à la médecine personnalisée, qui selon moi est l’avenir ! »


Propos recueillis par Catherine Brun

BIOGRAPHIE

2003
Formation « Comprendre l'autre » au Haras de la Cense.

2012
Création de son équipe et investissement dans la section 26 (Cerveau, cognition, comportement) du CoNRS (Comité national du CNRS), une instance qui évalue la recherche dans le domaine des neurosciences et participe au recrutement des chercheurs.

Nos portraits de chercheurs

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.