Mis à jour le 13 mai 2020

Migraine : pourquoi la surmédication entraîne la chronicité

Des chercheurs du Laboratoire de neurosciences cognitives, à Marseille, ont dévoilé le mécanisme par lequel les migraines deviennent chroniques en cas de surmédication.

En France, sur 7 millions de personnes qui souffrent de migraines, la moitié a recours à l’automédication, par antalgiques traditionnels ou par antimigraineux comme le sumatriptan.

Ce médicament lutte contre la dilatation des vaisseaux intracrâniens et inhibe la libération de molécules de la douleur et de l’inflammation.

Or, chez de nombreux sujets, la migraine réapparaît dans les 24 à 48 heures, les amenant à augmenter leur consommation d’antidouleurs.


Cette attitude conduit à l’installation d’une céphalée chronique.


Pourquoi ?

« L’administration chronique de sumatriptan entraîne un cercle vicieux, commente Patrick Delmas, responsable de l’étude à Marseille. Chez l’animal, il sensibilise des récepteurs méningés aux déclencheurs de migraine ; s’ensuit une hyperexcitabilité des récepteurs et une libération accrue de messagers inflammatoires qui renforcent la douleur. »


Cette découverte laisse entrevoir une nouvelle approche thérapeutique, qui pourrait associer aux antimigraineux habituels un inhibiteur de ce mécanisme d’emballement.



Source : Nature Communications, septembre 2019


VOS DONS

EN ACTION


300 000 €


Financement attribué en 2013 à Patrick Delmas – Équipe FRM 2013 – pour cette recherche

#lexique
Lexique

CÉPHALÉE : mal de tête, en langage courant

RÉCEPTEURS MÉNINGÉS : récepteurs neuronaux à la douleur localisés dans les méninges

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.