Histoire de Labo : Institut Cochin, Paris

07 octobre 2020

L'équipe de Morgane Bomsel tente de comprendre comment le VIH survit dans les muqueuses du corps humain malgré les traitements antirétroviraux et comment certaines personnes sont protégées de l'infection grâce à des anticorps produits au niveau de ces muqueuses.

Le tout afin de développer un vaccin anti-VIH actif au niveau muqueux.

Morgane Bomsel dirige l'équipe « Entrée du VIH par les muqueuses et immunité mucosale » Équipe FRM 2019 , à l'Institut Cochin, à Paris.

Le laboratoire P3 de l'institut est le seul endroit où l'équipe est autorisée à cultiver des souches virulentes de VIH et à infecter des cellules à des fins expérimentales.

Ce lieu est en pression négative, ce qui empêche l'air de fuir vers l'extérieur. Les échantillons qui sortent de ce laboratoire sont inactivés (l'infectiosité du virus y est supprimée) grâce à des détergents.

Pour comprendre les mécanismes de protection des muqueuses contre le VIH, l'équipe identifie, isole puis étudie les anticorps présents dans les sécrétions de sujets qui résistent à l'infection par le virus malgré des rapports sexuels non protégés.

Les régions spécifiques du virus reconnues par ces anticorps muqueux sont déterminées afin d'aider à la conception d'un vaccin efficace au niveau muqueux contre le VIH.