50 000 « morts subites » chaque année en France1,
300 000 cas de fibrillation atriale2,
responsable de 20 à 30 % des accidents vasculaires cérébraux (AVC)3

1Académie de Médecine, 2010 / 2Fédération Française de Cardiologie / 3Assurance maladie

Les troubles du rythme cardiaque peuvent toucher tout le monde, même les personnes jeunes de moins de 45 ans.

Donnons aux chercheurs les moyens d’aller
plus loin.

#video-paul

Paul a failli succomber à un arrêt cardiaque,
il témoigne

Paul a 25 ans lorsqu'il fait un arrêt cardiaque à son domicile. C'est grâce à sa mère, formée aux gestes de premiers secours, qu'il a pu d'abord être sauvé par une prise en charge rapide. Les cardiologues expliquent alors qu'il a failli succomber à une « mort subite ». Il est ensuite opéré et équipé d'un défibrillateur, une intervention peu banale à son âge. 

Je soutiens la recherche médicale

Faire un don
#Video-Hocini

ARYTHMIES : DÉCRYPTAGE
avec le Dr Mélèze Hocini, cardiologue

Extrasystoles, tachycardies, bradycardies, fibrillation atriale ou ventriculaire... Les arythmies peuvent être bénignes ou très sévères, et certaines d’entre elles sont parfois à l’origine de complications cardiovasculaires graves comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC) ou l’insuffisance cardiaque. 

Le Dr Hocini, Maitre de conférences des Universités – Praticien Hospitalier à l’Hôpital cardiologique du Haut Lévêque (Pessac), Directrice Générale adjointe de l’IHU – LIRYC (L’Institut de Rythmologie et modélisation Cardiaque) nous éclaire.

Les troubles du rythme cardiaque :
des formes bénignes à très sévères

Le nombre des cas de troubles du rythme cardiaque est en constante augmentation du fait notamment d’un vieillissement de la population et d’une amélioration des moyens de dépistage. 

Si des symptômes tels que la fatigue, des étourdissements, des vertiges ou des pertes de connaissance peuvent en révéler la présence, certains troubles du rythme cardiaque restent asymptomatiques, ce qui rend leur dépistage compliqué. 

La fibrillation atriale est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent. Les oreillettes (=atriums) du cœur ne battent plus régulièrement, mais trop vite, irrégulièrement et de manière chaotique. Ceci ne représente en général pas un danger aigu, mais si elle n’est pas soignée, la fibrillation auriculaire peut avoir des conséquences graves.  300 000 personnes en France en seraient atteintes1 dont 10 % des 80 ans et plus. Ce type de fibrillation serait responsable de 20 à 30 % des AVC (Accident Vasculaire Cérébral)2.

La fibrillation ventriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus mortel. Au cours de cette arythmie, les ventricules battent alors tellement vite (au-dessus de 250 fois par minute) qu’elles ne peuvent plus mécaniquement se contracter, réalisant ainsi l’équivalent d’un arrêt cardiaque. Dans certains cas, il n’existe pas de symptôme, et les patients présentent pour premier symptôme la « mort subite cardiaque ». Certaines arythmies peuvent même entraîner - en quelques minutes à peine et sans symptôme préalable - une « mort subite ». Chaque année, 50 000 Français en seraient victimes (80 % des cas ayant pour origine une fibrillation ventriculaire3).

1Fédération Française de Cardiologie/2Assurance maladie / 3Académie de Médecine

Pour améliorer le dépistage, le diagnostic et la prise en charge de toutes les formes d’arythmies, donnons aux chercheurs les moyens d’aller plus loin.

#video-surget

ZOOM SUR LE PROJET D’ÉLODIE SURGET

La fibrillation ventriculaire est une forme grave d’arythmie cardiaque, qui peut provoquer le décès si elle n’est pas rapidement prise en charge. Pour le moment, les mécanismes à l’origine de son apparition restent mal connus. Le Dr Elodie Surget, dans l’équipe « Electrophysiologie cardiaque » au Centre de recherche de l’institut Liryc à Bordeaux, se penche sur les anomalies électriques cardiaques pouvant être impliquées dans la fibrillation ventriculaire. Ce projet pourrait ouvrir de nouvelles pistes diagnostiques et thérapeutiques pour ce trouble du rythme.

LES DÉFIS DE LA RECHERCHE MÉDICALE

  • Mieux comprendre les mécanismes pathologiques en étudiant les éléments impliqués dans la genèse des arythmies, cellules ou molécules cardiaques. Pour exemple, chez les sujets présentant une fibrillation ventriculaire, il a été montré qu’une petite zone de tissu cardiaque pouvait générer cette arythmie. Certaines équipes étudient actuellement les mécanismes en jeu afin de développer des thérapies adaptées aux spécificités de ce tissu et de réduire le risque de mort subite qui en découle.
  • Améliorer le dépistage et le diagnostic. L’un des axes majeurs de la recherche est la mise au point de moyens de dépistage des patients atteints d’arythmie de manière asymptomatique, voire avant qu’ils ne la développent. Il s’agit aussi d’identifier de nouvelles mutations génétiques impliquées dans les arythmies et de développer des moyens de les rechercher facilement chez les individus afin de faciliter le diagnostic. 
  • Continuer à progresser dans la prise en charge via le développement de nouveaux traitements, mais aussi via le perfectionnement des techniques interventionnelles afin de les rendre à la fois plus efficaces et plus sûres.

Vous le savez, l’engagement de la FRM est d’apporter des financements aux chercheurs engagés dans la lutte contre toutes les pathologies, de la plus fréquente à la plus rare.

En faisant dès maintenant un don à la FRM, vous pouvez participer vous aussi à soutenir des projets de recherche indispensables à la lutte contre les cancers de la peau et préserver notre santé.

PROJETS FINANCÉS PAR VOS DONS

SUR LES TROUBLES DU RYTHME CARDIAQUE

Soutenez les chercheurs LA FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE A BESOIN DE VOUS
Après réduction fiscale, votre don vous revient à
Vous pouvez déduire 66% du montant de votre don dans la limite de 20% de votre revenu net imposable.

ILS S'ENGAGENT AUSSI A NOS CÔTÉS

Thierry Lhermitte / ©Maxime Huriez Thierry Lhermitte

« J’admire profondément les chercheurs. Cela fait 15 ans que je suis parrain de la FRM qui finance des projets innovants et apporte une aide considérable aux chercheurs. Passionné de science, je visite une dizaine de laboratoires par an et j’ai la chance d’échanger régulièrement avec les chercheurs.»

Marina Carrère d'Encausse / ©Thomas Léaud Marina Carrère d'Encausse

« J’ai toujours voué une immense admiration aux chercheurs, des scientifiques de  haut  vol  doublés  de  grands  humanistes. Quand j’étais petite, je rêvais de découvrir le vaccin contre le cancer. Je  suis  devenue  médecin  puis  journaliste  médical. »

Nagui / ©Maxime Huriez Nagui

« Je suis vraiment admiratif des personnalités exceptionnelles que j’ai eu l’occasion de rencontrer à la FRM comme sur les plateaux de télévision. »

Marc Levy Marc Levy

« Je voue depuis toujours une admiration sans bornes  aux  chercheurs  qui  consacrent  leur  vie à sauver les nôtres et jamais je n’oserai comparer  nos  métiers,  le  leur  est  bien  plus  important que le mien. »

#ethique

Nos valeurs

  • Engagements

    Indépendance

    La FRM est indépendante de tout pouvoir politique, économique ou religieux. Ses décisions sont uniquement guidées par le respect de sa mission sociale, les besoins exprimés par les chercheurs et le respect de ses principes fondateurs et de ses valeurs.

  • Impartialité

    Impartialité

    La FRM juge de la qualité des projets qui lui sont soumis en toute impartialité. Elle met en place des procédures de sélection des projets de recherche garantissant cette impartialité.

  • Excellence

    Excellence

    La FRM a pour ambition de participer au développement d’une recherche médicale française de pointe, porteuse de progrès médicaux. L’excellence et l’innovation scientifiques guident le choix des projets de recherches financées.

  • Transparence

    Transparence

    La FRM obéit à des procédures et des contrôles qui garantissent la qualité de sa gestion et permettent à ses donateurs d’être parfaitement informés de l’utilisation de leurs dons.

À PROPOS DE LA
FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Au service de la recherche et de la santé depuis plus de 70 ans, la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) est le plus important financeur caritatif de la recherche médicale française sur toutes les pathologies : cancers, maladies neurologiques et psychiatriques, maladies cardiovasculaires, maladies infectieuses, maladies rares, etc.

Elle soutient chaque année plus de 400 nouvelles recherches menées dans les laboratoires des organismes publics de recherche et d’enseignement supérieur (INSERM, CNRS, INRA, CEA, Universités, grandes écoles, établissements de santé…).

Indépendante, la FRM agit grâce à la générosité de ses donateurs, testateurs et partenaires.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.