Troubles du langage

Les troubles du langage sont très fréquents. Les avancées récentes, notamment en imagerie cérébrale, ont permis de mieux comprendre leurs origines.

Comprendre le trouble du langage

Les troubles du langage, comme la dyslexie, peuvent être dus à des anomalies présentes dans le cerveau dès la vie fœtale. Dans ce cas, le développement des fonctions cognitives (langage,  mémoire, etc.) est imparfait et des troubles des apprentissages apparaissent.

Mais des troubles du langage peuvent aussi apparaître à tout âge, à la suite d’une lésion cérébrale.

Grâce aux dernières techniques qui permettent de visualiser le cerveau en activité, les chercheurs commencent à percer sa complexité et les anomalies qui peuvent l’atteindre.


Pendant longtemps le cerveau est demeuré une boîte noire, qu’on ne pouvait explorer que de manière invasive. Les scientifiques étudiaient donc ses anomalies indirectement, le plus souvent post-mortem, via des lésions cérébrales.

À une lésion correspondait un trouble et on en déduisait la localisation d’une fonction.

L’apparition récente de techniques non invasives a révolutionné la neurologie : l’électroencéphalographie, qui permet de mesurer l’activité électrique du cerveau, et l’imagerie par résonance magnétique, qui permet d’affiner l’anatomie du cerveau et de le voir en fonctionnement.



 3 à 5 %

des enfants scolarisés sont dyslexiques




1

enfant par classe touché par un trouble du langage




1/4

des enfants concernés sont atteints de troubles sévères 



Découvertes sur les troubles du langage

Grâce à vos dons, la FRM a pu financer de nombreuses découvertes qui ont abouti à des découvertes impactantes pour les personnes atteintes de maladies neurologiques et pour leurs proches.
Découvrez quelques exemples.

A propos de la FRM

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.