La maladie d’Alzheimer se déclare le plus souvent au-delà de 65 ans. Cependant, certaines personnes sont atteintes beaucoup plus tôt, entre 40 et 60 ans, parfois même avant 40 ans, par des formes d’apparition précoce. Il s’agit de formes héréditaires très rares, représentant moins de 1 % des cas. Ainsi, en France, ces formes précoces concernent 8 000 patients jeunes.


Les formes précoces concernent mois de 1 % des cas



8 000 patients jeunes atteints en France


Une transmission génétique

Trois gènes différents ont été identifiés à ce jour comme étant à l’origine de près de 80 % des formes héréditaires de la maladie (cf. plus bas). Une mutation ou une anomalie dans l’un de ces gènes provoque l’apparition de la maladie avant 65 ans.

Les formes précoces de la maladie sont dites à transmission autosomique dominante :

  • autosomique car les gènes en cause ne sont pas situés sur les chromosomes sexuels (ni X, ni Y), donc la maladie atteint les deux sexes ;
  • dominante : il suffit qu’un seul exemplaire du gène soit muté pour développer la maladie. Chaque gène en effet est présent en deux copies chez un individu, un provenant de la mère, l’autre du père. Cela implique que la personne atteinte a 1 chance sur 2 de transmettre sa maladie à chaque conception.







3 gènes en cause ont été identifiés à ce jour







Trois gènes en cause identifiés

  • Le gène PSEN1 : situé sur le chromosome 14, il est nécessaire à la production de la protéine préséniline 1. C’est le gène retrouvé le plus souvent muté dans la maladie d’Alzheimer héréditaire (69 % des cas). Plus de 180 mutations différentes ont été répertoriées. L’âge de début de la maladie dépend de la mutation, mais plus de 50 % des patients porteurs d’une mutation dans le gène PSEN1 développent la maladie avant 40 ans;
  • Le gène PSEN2 : situé sur le chromosome 1, il est nécessaire à la synthèse de la préséniline 2. Une dizaine de mutations ont été retrouvées, beaucoup plus rares que celles de PSEN1 (2 % des cas). La maladie se déclare plus tardivement, entre 47 et 69 ans;
  • Le gène APP : situé sur le chromosome 21, il est essentiel à la production de la protéine précurseur du peptide amyloïde. Une vingtaine de mutations ont été recensées (retrouvées dans 13 % des cas). Les personnes porteuses d’une telle mutation déclenchent une maladie entre 37 et 64 ans. Outre des mutations, des augmentations du nombre de copies du gène, retrouvées dans 7 % des cas, expliquent une maladie qui apparaît entre 41 et 65 ans.

Les mutations dans ces 3 gènes aboutissent à la surproduction des peptides amyloïdes, à l’origine de la maladie. L’identification de ces gènes et de leurs mutations ont été cruciales pour appréhendera les mécanismes de la maladie. La recherche se poursuit pour trouver d’autres mutations et d’autres gènes responsables des quelque 20 % de formes héréditaires non expliquées à ce jour.

La recherche se poursuit pour trouver d'autres gènes responsables de ces formes précoces

Le diagnostic de la forme héréditaire précoce d’Alzheimer

En cas de suspicion de maladie d’Alzheimer héréditaire, un diagnostic moléculaire est réalisé grâce à une prise de sang. Un conseil génétique est également proposé : cette consultation multidisciplinaire est destinée à informer précisément le patient et sa famille sur sa maladie et ses conséquences.

Pour en savoir plus

http://www.alzheimer-genetique.fr : Centre national de référence des Malades Alzheimer jeunes

http://www.orpha.net/orphaschool/formations/transmission/ExternData/InfoTransmission-Dreamweaver/Transmission.pdf : Orphanet (portail des maladies rares) / transmission des maladies génétiques

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.