Mis à jour le 1 octobre 2018

Cancer du sein : vers la mise au point de nouveaux traitements dans les formes triple-négatives

  • Les cancers du sein dits « triple négatifs » sont agressifs et leur prise en charge reste difficile.
  • Les chercheurs se sont intéressés à des molécules, les inhibiteurs de PARP, qui sont efficaces dans le traitement d’une forme de cancer du sein proche des cancers triples négatifs, mais inefficients contre ces derniers.
  • Une équipe est parvenue à augmenter la sensibilité des cellules cancéreuses triples négatives à cette nouvelle thérapie.

Cette découverte a été réalisée par Hélène Jourdier Marijon, au cours de sa thèse au Cedars Sinai Medical Center à Los Angeles et au Centre de Recherche St Antoine à Paris.

Vos dons en actions
120 000 €

Somme accordée en 2012 à Hélène Jourdier Marijon pour réaliser sa thèse de sciences

Les cancers du sein triple négatifs en ligne de mire

Le cancer du sein reste le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2017, on estime que cette maladie a touché 59 000 personnes en France, et a été à l’origine de 11 900 décès. La découverte de traitements ciblés a grandement amélioré la prise en charge de ce cancer, et la mortalité liée à ce type de tumeur a fortement diminué ces 15 dernières années. Néanmoins, il reste des formes de cancer du sein plus délicates à prendre en charge, comme les cancers du sein de type « triple-négatif ». Aussi, les chercheurs redoublent d’efforts afin d’identifier de nouvelles thérapies. Avec l’aide la FRM, un médecin, Hélène Jourdier Marijon, a mis en évidence au cours de sa thèse de science une piste thérapeutique prometteuse dans le cancer du sein triple-négatif.

PARPi : de nouvelles molécules en développement

PARPi : de nouvelles molécules en développement

La chercheuse et son équipe d’accueil se sont intéressés à des molécules actuellement en développement appelées « inhibiteurs de PARP » (ou PARPi). Ces molécules se sont révélées actives dans le traitement d’une forme de cancer du sein proche des cancers triples négatifs, mais inefficace pour ces derniers. L’équipe s’est donc fixée comme objectif de rendre les cellules cancéreuses sensibles à ce traitement.

Bloquer la réparation de l’ADN

Les PARPi agissent en bloquant un mécanisme essentiel au bon fonctionnement cellulaire. Les cellules possèdent des mécanismes internes qui leur permettent de réparer les dommages, en cas de cassure de l’ADN (molécule support de l’information génétique). Elles assurent ainsi leur survie. Les cellules cancéreuses se multiplient plus que les cellules normales : cette multiplication accrue augmente leur susceptibilité à subir des dommages au niveau de leur matériel génétique. Elles sollicitent donc le mécanisme de réparation de l’ADN plus que les cellules saines. Les PARPi ont pour effet de bloquer ce phénomène, ce qui entraîne la mort cellulaire.

Une association efficace

Les chercheurs ont eu l’idée, pour rendre les cellules tumorales mammaires plus sensibles aux PARPi, d’associer à ce traitement d’autres molécules qui bloquent aussi la réparation de l’ADN : les inhibiteurs de HDAC. L’équipe a testé cette combinaison thérapeutique au sein de cellules cancéreuses triple négatives en culture, mais également sur des modèles animaux. Cette association s’est avérée efficace : l’équipe a observé une diminution de la multiplication des cellules cancéreuses, avec une plus grande efficacité dans des cellules qui présentent certaines mutations particulières. Les inhibiteurs de HDAC auraient donc bien la capacité de rendre les cellules cancéreuses triple négatives plus sensibles aux PARPi.

Ces résultats offrent un espoir de traitement pour les patientes atteintes de cancers du sein triple négatifs. D’autres études restent néanmoins nécessaires pour confirmer ces observations préliminaires.

Source : Marijon H et al. Co-targeting poly(ADP-ribose) polymerase (PARP) and histone deacetylase (HDAC) in triple-negative breast cancer: Higher synergism in BRCA mutated cells. Biomed Pharmacother 2018 ; 99 : 543-551.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.