Mis à jour le 7 janvier 2012

Cancer du poumon : identifier un nouveau facteur de prédisposition

  • Un type de mutation génétique, les "polymorphismes synonymes", est associé à de nombreuses maladies dont le cancer du poumon.

  • Sylvia Korzeniewski s'intéresse aux polymorphismes synonymes d'un gène qui permet la production d'une protéine essentielle dans la stabilité des chromosomes et la survie cellulaire.

  • Elle tente de comprendre leurs implications dans l'apparition de la maladie.

Cette recherche est réalisée par Sylvia Korzeniewski, en Master 2 recherche dans le laboratoire "Inflammation et Carcinogénèse" dirigé par le Pr Paul Hofman à Nice.

Vos dons en actions
31200 €

Le projet mené par Sylvia Korzeniewski a été sélectionné en 2011 par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale, qui lui a accordé ce budget.

Identification de gene Identification de gene - Inserm/SC7
Certaines modifications génétiques (mutations) conduisent à la production d'une protéine anormale, voire à une absence de protéine, d'où leur responsabilité dans de nombreuses pathologies. D'autres mutations en revanche, appelées « polymorphismes synonymes », permettent la synthèse d'une protéine strictement identique à la protéine normale.

Les chercheurs ont donc longtemps cru que ces types de mutation dans les gènes étaient sans conséquence pour la cellule et pour l'organisme. Pourtant, très récemment, l'équipe de Paul Hofman a montré que de nombreux « polymorphismes synonymes » étaient associés à certaines maladies graves, comme le cancer du poumon.

Sylvia Korzeniewski a choisi de s'intéresser aux « polymorphismes synonymes » du gène qui permet la production de la télomérase, une protéine dont le rôle est crucial pour la stabilité des chromosomes et la survie d'une cellule. Elle émet l'hypothèse que des « polymorphismes synonymes » pourraient expliquer une dérégulation de la télomérase, qui serait à l'origine de l'apparition du cancer du poumon.

Cette hypothèse s'appuie sur plusieurs observations, notamment le fait que l'activité de cette télomérase est haute dans les cellules cancéreuses dont la prolifération est forte.

Ainsi, des "polymorphismes synonymes" pourraient expliquer une dérégulation de la télomérase à l'origine de l'apparition du cancer du poumon.

Cette jeune chercheuse espère pouvoir utiliser ces mutations particulières comme biomarqueurs ou comme cibles pour de nouvelles stratégies thérapeutiques en vue d'une médecine personnalisée.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.