Mis à jour le 1 mars 2015

Cancer du poumon : améliorer les traitements ciblés

  • Les tumeurs mettent en place un réseau vasculaire accru qui leur apporte les nutriments et l’oxygène nécessaires à leur développement.

  • Des thérapies ciblées existent pour limiter l’apparition de ces nouveaux vaisseaux, mais certains patients atteints d’un cancer du poumon présentent rapidement une résistance à ces traitements.

  • Asma Boudria a pour but de développer des marqueurs biologiques permettant de dépister rapidement ces patients résistants et adapter leur traitement en conséquence.

Cette recherche est menée par Asma Boudria au sein de l’équipe «Bases moléculaires de la progression des cancers du poumon» à l’Institut Albert Bonniot (Inserm U823) de Grenoble.

Vos dons en actions
15600 €

Le projet de Asma Boudria a été sélectionné en 2013 par le Conseil scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale, qui lui a accordé ce budget.

Cancers pulmonaires

Cancers pulmonaires : une pathologie destructrice

En dépit des efforts diagnostiques et thérapeutiques, le cancer du poumon est un véritable fléau, responsable de 29 950 décès en 2012. Cette pathologie risque de prendre une place de plus en plus importante à l’avenir : le tabagisme féminin s’étant largement développé ces 20 dernières années, le nombre de cancers pulmonaires devrait connaître une forte hausse chez les femmes dans le futur. Ainsi, la lutte contre ce cancer constitue un enjeu prioritaire de santé publique.

Vers le développement de thérapies ciblées

Aujourd’hui, de plus en plus de recherches se tournent vers la mise au point de thérapies personnalisées de la pathologie, en adéquation avec les caractéristiques de chaque tumeur. Le but de ces traitements est de bloquer les mécanismes du développement tumoral en exploitant leurs particularités génétiques et moléculaires. Cette spécificité permet d’accroître l’efficacité du traitement, tout en réduisant au maximum les effets secondaires toxiques pour le patient. Ces thérapies ciblées peuvent agir de plusieurs manières :

  • en induisant la mort des cellules cancéreuses,
  • en empêchant leur multiplication,
  • en inhibant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins autour de la zone tumorale pour limiter l’apport en nutriments et en oxygène, ce qui ralentit la croissance de la tumeur.

Viser la formation des nouveaux vaisseaux dans la tumeur

Asma Boudria et son équipe d’accueil travaillent sur une protéine, VEGF-A, impliquée dans la formation de nouveaux vaisseaux sanguins. C’est un facteur de croissance qui joue un rôle clé au cours de la vascularisation tumorale : cette molécule est donc une cible de choix pour le développement de thérapies anti-cancéreuses, et un certain nombre de médicaments qui la bloquent sont actuellement utilisés dans le traitement des cancers du poumon. Cependant, malgré des premiers résultats prometteurs, il s’avère qu’un grand nombre de patients sont d’emblée résistants à la thérapie ou y échappent très rapidement.

Comprendre les résistances aux traitements
Les processus à l’origine de cette résistance sont à l’heure actuelle très largement méconnus. L’objectif d’Asma Boudria et de son équipe d’accueil est d’en améliorer la compréhension. Les chercheurs réaliseront des expériences de biologie moléculaire sur des cultures de cellules issues de tumeurs bronchiques auxquelles un traitement à base de VEGF-A est administré. A terme, ce projet devrait permettre de caractériser des marqueurs biologiques reflétant la réponse à ces traitements afin d’identifier les patients résistants et empêcher l’émergence de cellules tumorales plus agressives.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.