Cancer du côlon

Le cancer colorectal est la 2e cause de décès par cancer en France. Mécanismes moléculaires, diagnostic, traitements… La recherche avance.

Comprendre le cancer colorectal

Le cancer colorectal est très fréquent dans les pays industrialisés et représente la deuxième cause de décès par cancer en France.



Aujourd’hui, des politiques de dépistage ont été mises en place dans l’hexagone en vue de diagnostiquer précocement la pathologie et d’améliorer ainsi la prise en charge des patients.



Mécanismes moléculaires, diagnostic, traitements… Autant de voies explorées par les chercheurs pour lutter contre ce fléau.

44 872

nouveaux cas en 2017




17 684

décès en 2017




63 %

des patients encore en vie 5 ans après le diagnostic

Découvertes sur le cancer du côlon

Grâce à vos dons, la FRM a pu financer de nombreuses recherches qui ont abouti à des découvertes impactantes pour les personnes atteintes de cancers et pour leurs proches.
Découvrez quelques exemples.

Recherches financées sur le cancer du côlon

Bon nombre de recherches présentées ici sont toujours en cours et l'impact de leur financement ne sera pas connu avant de nombreuses années. La FRM investit dans l'avenir de votre santé.
Retrouvez quelques exemples de recherches financées.

Témoignage de Marie Lafitte, chercheuse au Centre de recherche de biologie cellulaire de Montpellier

Une thérapie ciblée contre le cancer colorectal métastasique


La mise au point de thérapies ciblées constitue une voie de recherche prometteuse dans la lutte contre les cancers. En témoigne le projet de Marie Lafitte qui vise à développer un tel traitement contre le cancer colorectal métastatique.


« Notre équipe a découvert que le nilotinib, le médicament utilisé dans certaines leucémies, avait aussi la capacité d’inhiber le pouvoir invasif des cellules de cancer colorectal. Mon projet consiste à décrypter les mécanismes moléculaires de cette action ; elle passe par un récepteur particulier présent à la surface des cellules cancéreuses métastatiques, appelé DDR1, et encore très mal connu. Le but ultime est de parvenir à bloquer la dissémination des cellules tumorales dans l’organisme, un enjeu prioritaire pour les malades qui, une fois ce stade atteint, n’ont que peu d’options thérapeutiques. »

Récepteur : protéine sur laquelle se fixe un facteur spécifique (hormone, neurotransmetteur …) pour relayer son action.

Marie Lafitte, chercheuse au Centre de recherche de biologie cellulaire de Montpellier.

A propos de la FRM

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.