Mis à jour le 1 juillet 2019

Troubles des conduites alimentaires : l’impulsivité est associée à la boulimie et à l’hyperphagie boulimique dans la population

  • Les chercheurs s’intéressent aux facteurs qui influencent l’apparition des troubles des conduites alimentaires ou encore la mauvaise hygiène alimentaire.

  • Ils se sont ainsi penchés sur l’impact de l’impulsivité sur la prise et les habitudes alimentaires, en se basant sur l’étude de cohorte Nutrinet-Santé dont l’objectif est d’étudier les relations nutrition et santé.

  • Leur travail a permis de mettre en évidence que l’impulsivité était associée à la boulimie et à l’hyperphagie boulimique, deux maladies caractérisées par une ingestion excessive de nourriture.

Cette découverte a été réalisée par un groupe de chercheurs en s’appuyant sur la cohorte NutriNet-Santé dont la constitution a été initiée grâce au soutien de la FRM.

Vos dons en actions
759 000 €

Somme accordée au Pr Serge Hercberg lors du lancement de l’étude NutriNet-Santé et qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Les troubles des conduites alimentaires

Les troubles des conduites alimentaires couvrent un large spectre de maladies allant de l’anorexie mentale à la boulimie, en passant par l’hyperphagie boulimique, l’alimentation hypersélective… En France, on considère que 10 % de la population serait concernés par ces troubles. De par leurs retentissements sur la santé, ces pathologies psychiatriques doivent être dépistées précocement et prises en charge en conséquence. C’est pourquoi il est intéressant d’isoler des facteurs de risque qui pourraient intervenir dans l’apparition de ces troubles.

Focus sur l’impulsivité

Focus sur l’impulsivité

Les chercheurs se sont ainsi penchés sur l’impulsivité, un trait psychologique qui a été incriminé dans plusieurs maladies, dont l’obésité. Jusqu’à présent, peu d’études avaient été menées afin d’explorer les relations entre impulsivité, prise de nourriture et troubles des conduites alimentaires dans la population générale. En se basant sur la cohorte NutriNet-Santé, les équipes sont parvenues à établir des liens entre ces paramètres étudiés.

Une large étude de cohorte

Les chercheurs ont analysé les réponses apportées par 51 368 participants de la cohorte NutriNet-Santé. Les chercheurs ont évalué leur consommation quotidienne de nourriture et de boisson, ainsi que leur pratique du snacking. Les troubles des conduites alimentaires ont également été recherchés. Le tout a été corrélé avec le caractère impulsif de chaque participant.

Un lien mis en évidence avec plusieurs habitudes alimentaires

Au terme de ce travail, les chercheurs ont découvert que l’impulsivité était associée à une plus grande consommation d’alcool, et à une consommation moindre de fruits et de légumes ou encore de desserts lactés. Du point de vue des troubles des conduites alimentaires, l’impulsivité a surtout été retrouvée chez les patients boulimiques (touchés par des crises compulsives d’ingestion de grandes quantités de nourriture, suivies de comportements compensatoires inappropriés comme des vomissements) ou atteints d’hyperphagie boulimique (épisodes récurrents de crises de boulimie mais sans comportements compensatoires associés).
Cette étude apporte des données intéressantes qui permettent de relier un trait psychologique, l’impulsivité, avec un risque de développer une boulimie ou une hyperphagie boulimique : une avancée en matière de santé publique.

Source : Bénard M et al. Impulsivity is associated with food intake, snacking, and eating disorders in a general population. Am J Clin Nutr 2019 ; 109 : 117-26.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.