Mis à jour le 1 novembre 2014

Obésité adulte, stress et hyperglycémie in utero : des facteurs de risque passés au crible

  • Le diabète de type 2 se traduit par une hyperglycémie chronique qui peut entraîner de graves complications.

  • Des prédispositions génétiques et des facteurs environnementaux conditionnent son apparition.

  • Fabienne Foufelle et son équipe s’intéressent plus particulièrement à l’impact de l’obésité chez l'adulte et au rôle de l'environnement in utero (stress, hyperglycémie) comme facteurs prédisposants à l'apparition de cette maladie.

Cette recherche est menée par Fabienne Foufelle, responsable de l’équipe « Pathogénèse cellulaire et clinique du diabète » au Centre de Recherche des Cordeliers à Paris.

Vos dons en actions
300000 €

Le projet de Fabienne Foufelle a été sélectionné par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2014.

La chercheuse a reçu un financement de 300 000 € pour le mener à bien.

Quelle est la cause du diabète de type 2 ?

Le diabète de type 2 est une pathologie très fréquente en France qui représente près de 90 % des formes de diabète. Le diabète est une maladie qui se caractérise par la présence trop importante de glucose dans le sang, le « carburant » des cellules.

Le mécanisme à l’origine de la maladie est le suivant. La concentration de glucose sanguin, ou glycémie, est régulée par l’insuline, une hormone produite par le pancréas. Les tissus comme les muscles et le foie ont besoin d’insuline pour stocker et utiliser leur source d’énergie, le glucose. Au cours du développement du diabète de type 2, les cellules deviennent insensibles à l’insuline : elles ne sont alors plus capables de capter correctement le glucose. Dans un premier temps, le pancréas compense en augmentant sa production en insuline, puis s’épuise et la masse des cellules pancréatiques productrices d’insuline diminue. A terme, l'hormone n'est plus produite en quantité suffisante : la concentration de glucose sanguin augmente, car les tissus sont incapables de l'utiliser. Le diabète de type 2 est installé. C’est une maladie grave qui peut avoir de lourdes complications si elle n’est pas prise en charge : rétinopathies, insuffisance rénale, pathologies cardiovasculaires…

De nombreux facteurs impliqués dans la maladie

De nombreux facteurs impliqués dans la maladie

Le diabète de type 2 est une maladie dite multifactorielle, c’est-à-dire qu’elle résulte d’une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux. L’un d’entre eux a un impact particulièrement marqué : l’obésité liée à une mauvaise alimentation en particulier trop riche en lipides. Les lipides interfèrent alors avec l'action normale de l'insuline.

Outre cette composante nutritionnelle, les chercheurs pensent que d’autres éléments pourraient entrer en ligne de compte, tels que le stress de la mère pendant la période de développement fœtal ou encore les infections.

Différents facteurs de risque passés au crible

Fabienne Foufelle et son équipe souhaitent élucider les différents mécanismes impliqués dans l’apparition d’un diabète de type 2. Leur projet vise à répondre à plusieurs interrogations. Tout d’abord, elle étudiera, au niveau des muscles et du foie, les conséquences des anomalies du métabolisme lipidique observées chez les obèses. Ensuite, elle s’intéressera à l’effet du stress et de l’hyperglycémie maternelle au stade fœtal sur la capacité ultérieure de l’organisme à produire de l’insuline, et donc de réguler de manière optimale la concentration de glucose sanguin.  Enfin, les chercheurs se pencheront sur un type de diabète particulier, le diabète « africain », une forme dont l’évolution reste pour le moment méconnue.

Dans un premier temps, l’équipe réalisera ses travaux sur modèles animaux. Les chercheurs  mèneront ensuite des études cliniques chez des patients diabétiques afin de valider chez l'homme les résultats recueillis préalablement chez l’animal. Ce travail pourrait apporter des éclaircissements précieux sur les conditions d’apparitions du diabète de type 2, et ainsi ouvrir de nouvelles voies de prise en charge de la maladie.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.