Mis à jour le 26 avril 2019

Asthme : des enfants plus à risque d’obésité

  • L’asthme est une pathologie très fréquente dans les pays développés, notamment chez les enfants.

  • Des études épidémiologiques ont déjà mis en lumière le fait que l’obésité favorise l’apparition de l’asthme, mais peu de travaux ont exploré le rapport inverse.

  • Une récente étude montre que l’asthme durant la jeune enfance pourrait être un facteur de risque de développer une obésité quelques années après.

Cette découverte a été réalisée par un groupe international de chercheurs dont une équipe française, en partie grâce une étude de cohorte financée par la Fondation pour la Recherche Médicale.

Vos dons en actions
807 979 €

Financement accordé par la FRM pour la mise en place de la cohorte EDEN en 2003. Les données collectées ont servi à l’obtention de ce résultat.

L’asthme : un retentissement important dans la population

L’asthme est une maladie fréquente, puisqu’on estime que près de 4 millions de personnes sont concernées dans l’hexagone, et 235 millions dans le monde. Cette pathologie inflammatoire atteint le système respiratoire, et plus particulièrement les bronches : certains stimuli induisent une inflammation bronchique qui entraine, par plusieurs mécanismes, un mauvais passage de l’air au travers des poumons.

Cela explique les symptômes si typiques de la crise d’asthme, à savoir une toux, une gêne respiratoire, une sensation d’oppression… L’asthme est pris en charge de deux manières complémentaires : des traitements de fond, qui visent à réduire la fréquence et l’intensité des crises, et des thérapies de la crise, administrées pour rétablir une respiration normale.

On sait que la maladie a une origine « multifactorielle », associant causes génétiques et environnementales. Dans ce cadre, les études épidémiologiques ont démontré que l’obésité constituait un facteur de risque de développer la pathologie.

En revanche, jusqu’à présent, peu de travaux avaient exploré le rapport inverse, c’est-à-dire l’impact de l’asthme sur la survenue d’une obésité : une collaboration de chercheurs européens a récemment avancé sur la question.

Une vaste étude chez l’enfant

Les chercheurs se sont intéressés à l’impact de l’asthme diagnostiqué chez le jeune enfant non obèse, âgé de 3 à 4 ans, sur la survenue d’une obésité plus tard, lorsqu’il a 8 ans. Leur étude s’est basée sur différents groupes d’enfants suivis aux quatre coins de l’Europe.

Pour la France, les données étaient issues de la cohorte EDEN dont la mise en place a été initiée en 2003 grâce à un financement de la Fondation pour la Recherche Médicale. Au total, 21 130 enfants ont ainsi été inclus.

Au terme de ce suivi, il s’avère que, comparés aux enfants non malades, les enfants asthmatiques ont un risque plus important de présenter une obésité quelques années après. Ils précisent que ces données coïncident avec les études plus modestes réalisées aux Etats-Unis.

Plusieurs hypothèses avancées

Quelles seraient les explications possibles à cette observation ? Les auteurs de cette étude mettent en avant plusieurs hypothèses. Tout d’abord, certains traitements, comme les corticostéroïdes, pourraient favoriser une prise de poids, notamment pour les enfants à l’asthme le plus sévère (et qui nécessiteraient donc des doses plus importantes). D’autres facteurs pourraient également intervenir, comme le manque d’activité physique chez les enfants asthmatiques et un sommeil de moindre qualité car affecté par leur pathologie. Enfin, les chercheurs mettent également en avant la possibilité d’un mécanisme biologique commun entre les deux maladies.

Il est nécessaire d’effectuer d’autres études pour confirmer ce lien et décrypter les mécanismes en cause. Ces résultats pourraient néanmoins s’avérer intéressants en termes de santé publique, l’obésité restant plus que jamais un fléau d’actualité.


Source : Contreras ZA et al. Does early onset asthma increase childhood obesity risk? A pooled analysis of 16 European cohorts. Eur Respir J 2018 : 27 ; 52.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.