Mis à jour le 1 mai 2018

Asthme allergique : une cible thérapeutique potentielle

  • L’asthme est une pathologie inflammatoire chronique dont les symptômes ne sont pas toujours bien contrôlés par les traitements.

  • Les chercheurs redoublent d’efforts pour mettre au point de nouvelles thérapies plus efficaces.

  • Récemment, une équipe a démontré que le blocage d’une protéine appelée Rac1 dans les cellules musculaires bronchique pourrait être une stratégie thérapeutique prometteuse dans la lutte contre l’asthme allergique.

Cette recherche a été menée par Florian Dilasser dans l’équipe "Signalisation et hypertension artérielle" dirigée par Gervaise Loirand à l’Institut du thorax de Nantes.

Vos dons en actions
93 600 €

Cette somme a été attribuée à Florian Dilasser pour la réalisation de sa thèse, ce qui a contribué à l’obtention de ce résultat. Le jeune chercheur est lauréat du prix Marianne Josso qui propose à un étudiant titulaire d'un Master, une aide pour réaliser une thèse de sciences consacrée à la recherche en pneumologie.

L’asthme : une pathologie inflammatoire fréquente

L’asthme est une affection inflammatoire chronique des voies aériennes qui toucherait près de 4 millions de personnes dans l’hexagone.  C’est une maladie des bronches, « conduits » amenant l’air jusqu’aux poumons. Sous l’effet de différents stimuli, les cellules musculaires de leurs parois peuvent se contracter de manière excessive et gêner le passage de l’air : c’est l’hyperréactivité bronchique. Souvent silencieux, l’asthme se manifeste par des crises dont les symptômes sont une toux sèche, des sifflements, des difficultés respiratoires ou encore un essoufflement, crises entrecoupées de phases d’accalmie. Les traitements pharmacologiques actuels sont insuffisants pour de nombreux patients. Des chercheurs viennent de mettre en évidence une cible thérapeutique qui pourrait s’avérer pertinente dans l’asthme allergique, forme d’asthme dont les crises sont déclenchées par un agent allergène présent dans l’environnement.

Focus sur la famille des protéines Rho

Focus sur la famille des protéines Rho

Florian Dilasser et son équipe d’accueil ont souhaité mieux comprendre le rôle d’une famille de protéines, les protéines Rho, dans cette pathologie.

Ces protéines contrôlent des fonctions essentielles telles que la migration, la prolifération cellulaire… mais également la contraction des cellules musculaires lisses. Un dernier effet qui a attisé l’intérêt des chercheurs à étudier leur implication dans l’asthme allergique.

Rac1 : une nouvelle cible dans l’asthme allergique ?

L’équipe s’est penchée plus particulièrement sur la protéine Rac1, une protéine membre de la famille Rho. Ils ont pour cela évalué son rôle au sein d’un modèle animal d’asthme allergique déclenché par la présence d’acariens. Ils ont administré chez l’animal un composé bloquant Rac1, et ont montré que l'hyperréactivité bronchique était bloquée via une inhibition de la contraction des cellules musculaires lisses des bronches. Le blocage de la protéine au sein de prélèvements bronchiques humains a révélé une action comparable.

Ces premiers résultats constituent une première étape. S’ils se confirment, ils pourraient faire de Rac1 une cible thérapeutique pertinente dans la lutte contre l’asthme allergique : cela serait une véritable avancée pour les patients dont les traitements sont aujourd’hui peu efficaces.


Sources : Communiqué de presse Inserm ; André-Grégoire G et al. Targeting of Rac1 prevents bronchoconstriction and airway hyperresponsiveness. J Allergy Clin Immunol 2017 ; pii: S0091-6749 (17) 31761-X.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.