Cancer : réduire les effets secondaires de la chimiothérapie

04 avril 2023

Une aide-soignante donne des médicaments à une vieille femme en fauteuil roulant.Une aide-soignante donne des médicaments à une vieille femme en fauteuil roulant.
Une aide-soignante donne des médicaments à une vieille femme en fauteuil roulant.Une aide-soignante donne des médicaments à une vieille femme en fauteuil roulant.

Le cisplatine est une chimiothérapie couramment utilisée dans le traitement de nombreux cancers. Très efficace, il a néanmoins des effets secondaires importants comme des douleurs intenses (neuropathie périphérique) et des atteintes du rein qui peuvent conduire à l'insuffisance rénale.

En collaboration avec une équipe américaine, des chercheurs français de Lille ont identifié un traitement qui permettrait de réduire ces effets indésirables. Il s'agit d'un médicament autorisé aux États-Unis et au Japon dans la prise en charge de la maladie de Parkinson : l'istradefylline. Testé chez l'animal et sur des modèles cellulaires exposés à la chimiothérapie, l'istradefylline a permis de réduire les douleurs neuropathiques et les atteintes rénales, et même d'augmenter l'effet antitumoral du cisplatine ! Reste maintenant à confirmer ces observations chez l'Homme.

Source : The Journal of Clinical Investigation, 15 novembre 2022.

Les actus de la recherche

Représentation d'un nanorobot entièrement composé d'ADN.Représentation d'un nanorobot entièrement composé d'ADN.

BiotechnologieUn nanorobot pour explorer les cellules

Nos cellules ne sont pas gouvernées que par des processus biochimiques, des contraintes mécaniques s'exercent aussi sur elles, à une échelle microscopique. Des chercheurs ont mis au point un robot à l'échelle nanométrique pour mieux étudier ce phénomène.

En savoir plus
Une femme enceinte, dans ses derniers mois de grossesse.Une femme enceinte, dans ses derniers mois de grossesse.

ObstétriqueTraiter la prééclampsie ?

La prééclampsie est un dysfonctionnement du placenta qui survient pendant la grossesse, et concerne entre 2 et 8 % des femmes enceintes. Elle provoque des symptômes à risque pour la mère, et un retard de croissance du fœtus.

En savoir plus