Mis à jour le 25 août 2014

Mucoviscidose : mise en évidence d’une protéine anti-inflammatoire aux effets bénéfiques

  • La mucoviscidose est une maladie génétique grave et handicapante dont le traitement reste aujourd’hui essentiellement symptomatique.

  • L’équipe de Michel Goossens a mis en évidence une protéine, COMMD1, aux effets anti-inflammatoires bénéfiques sur des cellules de patients.

  • Elle pourrait ainsi constituer une piste de recherche intéressante pour améliorer la prise en charge de la mucoviscidose.

Cette découverte a été réalisée par Abdel Aissat dans l'équipe "Génétique moléculaire et développement" dirigée par Michel Goossens à l'Hôpital Henri Mondor (INSERM U955) de Créteil.

Vos dons en actions
31200 €

Le projet mené par Abdel Aissat a été sélectionné en 2011 par la Fondation.

Il a été attribué un budget de 31 200 €, somme qui lui a permis d’aboutir à ce résultat.

La mucoviscidose : une pathologie génétique grave

La mucoviscidose est une pathologie génétique qui concerne environ 1 naissance sur 4 500 en France. La maladie se traduit par une augmentation de la viscosité des sécrétions de l’organisme (mucus), notamment au niveau digestif et pulmonaire. Dans les poumons, cela entraîne une stagnation des secrétions bronchiques, ce qui favorise l’installation et le développement des agents pathogènes, ainsi que la mise en place d’infections. Outre cet effet, la maladie se traduit également au niveau pulmonaire par une inflammation chronique qui majore les lésions. De plus, les malades présentant une atteinte pulmonaire grave ont une réponse inflammatoire excessive.

Mise en évidence d’une protéine aux propriétés intéressantes

Mise en évidence d’une protéine aux propriétés intéressantes

Aujourd’hui, la pathologie reste encore et toujours incurable, les traitements de la maladie n’atténuant pour le moment que les symptômes. Aussi, les chercheurs mettent tout en œuvre pour améliorer la prise en charge de la maladie. C’est le cas d’Abdel Aissat et de son équipe d’accueil qui ont récemment réalisé une découverte: les chercheurs ont mis en évidence une protéine qui pourrait s’avérer intéressante dans le développement d’un traitement de la maladie.

Aux sources de la pathologie

Pour comprendre leur travail, il faut revenir sur les bases moléculaires de la pathologie. La mucoviscidose est liée à l’altération d’une protéine appelée CFTR (pour Cystic Fibrosis Transmembrane conductance Regulator), située dans la paroi des cellules. Cette équipe a découvert qu’une protéine, COMMD1, interagissait avec CFTR et augmentait sa synthèse à la surface des cellules.

Vers une nouvelle cible thérapeutique ?

Les chercheurs ont ensuite étudié les effets de cette protéine sur les cellules du poumon d’un point de vue moléculaire. Pour cela, ils se sont servis de cellules issues de prélèvements provenant de patients atteints ou non de mucoviscidose. L’équipe a ensuite bloqué ou augmenté la synthèse de COMMD1 au sein de ces cellules, et en a observé les effets. Les chercheurs ont ainsi montré que l’augmentation de COMMD1 avait un effet anti-inflammatoire. 

Ainsi, COMMD1  pourrait s’avérer une cible thérapeutique intéressante dans la maladie. En effet, en induisant une production COMMD1, on diminuerait l’inflammation liée à la maladie, ce qui minorerait l’apparition de lésions. D’autres équipes internationales ont depuis confirmé ce résultat, et montré que COMMD1 avait la capacité de moduler des partenaires importants de CFTR, comme les protéines ENaC ou NKCC1. Cette découverte ouvre de nouvelles pistes dans le développement de traitements de la mucoviscidose.


Source : de Becdelièvre A et al. COMMD1 modulates noxious inflammation in cystic fibrosis. Int J Biochem Cell Biol 2013 ; 45 : 2402-9.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.