Mis à jour le 7 janvier 2016

Maladie de Huntington : fournir au cerveau l’énergie qui lui manque

  • Grâce au financement de la Fondation pour la Recherche Médicale, une avancée intéressante a été réalisée dans la maladie de Huntington : des chercheurs sont parvenus à corriger le déficit énergétique cérébral observé lors de la maladie grâce à une molécule de synthèse.

Vos dons en actions
16800 €

Fanny Mochel a reçu de la Fondation pour la Recherche Médicale un financement de 16 800 € en 2005, ce qui lui a permis de démarrer ses travaux.

Maladie de Huntington : fournir au cerveau l’énergie qui lui manque
La maladie de Huntington est une pathologie génétique rare caractérisée par une dégénérescence progressive des neurones qui entraîne des problèmes moteurs et cognitifs. Des recherches suggèrent que son apparition et sa progression pourraient trouver leur origine dans un déficit d’énergie du cerveau. Partant de cette hypothèse, l’équipe de Fanny Mochel, à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière à Paris, a envisagé de nouvelles pistes thérapeutiques. Pour corriger le déficit énergétique, les chercheurs ont administré pendant un mois à 10 patients un triglycéride (lipide nécessaire au fonctionnement de l’organisme) de synthèse, appelé triheptanoïne.  L’effet de cette substance a été observé en imagerie par résonance magnétique nucléaire cérébrale : les chercheurs ont montré qu’elle rétablit, chez les malades, un métabolisme énergétique cérébral normal. Une étude étendue à une centaine de patients en France et aux Pays-Bas devrait permettre d’évaluer le bénéfice clinique à long terme de ce traitement.


Source : Neurology, janvier 2015.

Article publié dans " Recherche & Santé 143 "
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.