Mis à jour le 2 février 2016

Epilepsie : chez l’enfant des éléments en faveur d’une altération de la maturation cérébrale

  • L’épilepsie apparaît fréquemment durant l’enfance, au moment où le cerveau est encore en développement.

  • Les retentissements de la pathologie sur la maturation cérébrale font l’objet de recherches soutenues, ils restaient jusqu’ici assez méconnus.

  • Une équipe a découvert des preuves de l’impact de la maladie sur le développement cérébral.

Cette découverte a été réalisée par Carolina Ciumas dans l’équipe de Philippe Ryvlin au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon.

Vos dons en actions
110400 €

Carolina Ciumas a reçu ce financement en 2010, qui a permis d’obtenir ce résultat.

L’épilepsie peut apparaître dans l’enfance

L’épilepsie est une pathologie neurologique caractérisée par une hyperexcitation de certains neurones d’une région cérébrale, qui génèrent un influx électrique se propageant aux neurones adjacents : c’est la crise d’épilepsie. 

Elle se traduit la plupart du temps d’un point de vue clinique par des convulsions accompagnées ou non de perturbations cognitives transitoires. Pour le moment, on ne sait pas si la maladie peut affecter le développement cérébral du jeune enfant. Cet élément serait important pour que les enfants puissent bénéficier d’une prise en charge adaptée.

Quel est l’impact de l’épilepsie sur la maturation cérébrale ?

Quel est l’impact de l’épilepsie sur la maturation cérébrale ?

L’équipe de Philippe Ryvlin s’est intéressée à ce point au sein d’un groupe de patients atteints d’épilepsie dite « rolandique ». Cette forme d’épilepsie est la plus commune dans la petite enfance. Elle se manifeste par de rares crises et se résout chez presque tous les enfants au milieu de l’adolescence. De précédents travaux avaient montré que les patients présentaient des anomalies lors d’examens par électroencéphalogramme, accompagnées de dysfonctions cognitives.  Les chercheurs ont donc émis l’hypothèse que les crises d’épilepsie pourraient agir sur la maturation des régions cérébrales dans lesquelles elles ont lieu, ce qui entrainerait par la suite des dysfonctions cognitives.

Une corrélation retrouvée

L’équipe a fait passer des examens d’imagerie cérébrale à 25 enfants atteints d’épilepsie rolandique, ainsi que plusieurs tests neuropsychologiques. Leurs résultats ont été comparés à ceux de 25 enfants « contrôles », non touchés par la maladie.  Au terme de ce suivi, les chercheurs ont découvert que les enfants épileptiques présentaient des micro-altérations au niveau de la substance blanche, un des tissus qui compose le système nerveux central. De plus, ces lésions prédominaient dans les régions cérébrales à l’origine des crises d’épilepsie.

Ces résultats vont dans le sens d’une altération de la maturation du cerveau chez les enfants souffrant de ce type d’épilepsie. Cette étude étant observationnelle, elle nécessite de plus amples investigations pour pouvoir conclure avec certitude sur le sujet, et plusieurs analyses de données sont en cours.

Source : Ciumas C et al. White matter development in children with benign childhood epilepsy with centro-temporal spikes. Brain 2014 ; 137 : 1095-106.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.