Mis à jour le 3 décembre 2015

Sida : mise en évidence d’une voie moléculaire centrale dans l’assemblage du virus

  • Le virus du sida utilise les cellules du système immunitaire pour se multiplier et les tue, ce qui conduit peu à peu à un affaiblissement de l’organisme.

  • Les recherches s’intensifient pour trouver de nouveaux moyens de combattre ce fléau.

  • Une équipe a récemment mis en évidence un processus moléculaire indispensable à l’assemblage du virus dans les cellules : une potentielle cible thérapeutique pour enrayer sa propagation dans l’organisme.

Cette découverte a été réalisée par Audrey Thomas, en thèse dans l’équipe dirigée par Delphine Muriaux de l’Unité de Virologie Humaine à l’Ecole Nationale Supérieure de Lyon, et du Centre des Agents Pathogènes et Biotechnologies pour la Santé au CNRS de Montpellier.

Vos dons en actions
15600 €

Le projet mené par Audrey Thomas a été sélectionné en 2012 par la Fondation.

Elle a reçu un financement de 15 600 € qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Le sida, une infection encore très présente dans le monde

Le VIH est un virus appartenant à la famille des rétrovirus qui provoque chez l’homme une maladie mortelle, le Syndrome de l’Immunodéficience Acquise (sida). L’ONUSIDA estime qu’environ 35 millions de personnes seraient touchées par la pathologie pour l’année 2014. 1,2 million de personnes sont décédées du sida en 2014 : l’infection reste encore et toujours un véritable problème de santé publique, et ce malgré les nombreuses avancées réalisées en termes de traitement. Aujourd’hui, les chercheurs redoublent d’efforts pour découvrir de nouvelles cibles exploitables dans la pathologie. Audrey Thomas et son équipe d’accueil viennent de faire un pas dansen ce sens en mettant en évidence une voie moléculaire impliquée dans les phases tardives de la multiplication des virus dans les cellules immunitaires de type lymphocyte T CD4+.

Une réplication aux dépens des cellules immunitaires

Une réplication aux dépens des cellules immunitaires

Le VIH pénètre dans les cellules immunitaires pour s’y reproduire, plus particulièrement les lymphocytes T CD4+ qui sont essentiels à la réponse immunitaire. Le virus « détourne » les éléments présents dans les cellules pour se multiplier. Il injecte son matériel génétique dans la cellule qui se charge par la suite de la synthèse et de l’assemblage des constituants viraux. Les nouveaux virus ressortent ensuite de la cellule pour en réinfecter d’autres, et le cycle se poursuit.

Une influence sur la sortie des virus

Les chercheurs ont étudié les phases de l’assemblage viral qui se déroulent juste avant la sortie des virus en dehors des lymphocytes T CD4+. Ils ont observé l’assemblage des virus grâce à des techniques de virologie, biochimie, biologie cellulaire et par microscopie de fluorescence. L’équipe a ainsi mis en évidence un nouveau rôle d’une voie moléculaire  qui interviendrait dans le positionnement des virus à proximité de la membrane cellulaire et dans leur relargage dans le milieu extérieur. Ce processus cellulaire est initié par une protéine produite par le virus : la protéine Gag.

Cibler cette voie moléculaire pourrait constituer une voie de recherche intéressante dans la mise au point de nouveaux traitements luttant contre la propagation du VIH dans l’organisme.


Source : Thomas A et al. Involvement of the Rac1-IRSp53-Wave2-Arp2/3 Signaling Pathway in HIV-1 Gag Particle Release in CD4 T Cells. J Virol 2015 ; 89 : 8162-81.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.