Mis à jour le 1 juillet 2015

Hépatite C : découverte d’un nouveau mécanisme d’action d’une molécule antivirale

  • L’hépatite C est une pathologie infectieuse liée au virus de l’hépatite C et dont les conséquences peuvent être dramatiques.

  • Les chercheurs viennent de comprendre le mécanisme d’action de la quercetagetine, une molécule naturelle capable d’inhiber la multiplication virale.

  • Ce mécanisme moléculaire jusque-là inconnu pourrait servir de base pour la mise au point de thérapies innovantes en pathologie virale.

Cette découverte a été réalisée par Jean-Michel Pawlotsky et son équipe "Physiopathologie et thérapeutique des hépatites virales chroniques et des cancers liés" à l’Hôpital Henri Mondor de Créteil.

Vos dons en actions
296810 €

Le projet de Jean-Michel Pawlotsky a été sélectionné en 2010 par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale.

Il a alloué au chercheur un financement de 296 810 € qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Quelques généralités sur l’hépatite C

L’hépatite C est un véritable fléau, toucherait 360 000 personnes en France, et seule la moitié d’entre elles saurait qu’elle est atteinte. Cette maladie est liée à une infection par le virus de l’hépatite C. Ce virus pénètre dans les cellules du foie pour s’y multiplier. Les conséquences de cette infection hépatique sont diverses, et peuvent parfois s’avérer dramatiques. Elles conduisent parfois à l’apparition d’une fibrose du foie  ou encore vers un cancer hépatique. Aussi, il est important de découvrir de nouveaux mécanismes moléculaires qui peuvent déboucher sur la mise au point de traitements innovants de la pathologie et d’infections par des virus apparentés. C’est ce qu’ont réalisé Jean-Michel Pawlotsky et son équipe à l’Institut Mondor de Recherche biomédicale de Créteil.

Mise en évidence d’une molécule antivirale

Mise en évidence d’une molécule antivirale

L’hépatite C est un véritable fléau, toucherait 360 000 personnes en France, et seule la moitié d’entre elles saurait qu’elle est atteinte. Cette maladie est liée à une infection par le virus de l’hépatite C. Ce virus pénètre dans les cellules du foie pour s’y multiplier. Les conséquences de cette infection hépatique sont diverses, et peuvent parfois s’avérer dramatiques. Elles conduisent parfois à l’apparition d’une fibrose du foie  ou encore vers un cancer hépatique. Aussi, il est important de découvrir de nouveaux mécanismes moléculaires qui peuvent déboucher sur la mise au point de traitements innovants de la pathologie et d’infections par des virus apparentés. C’est ce qu’ont réalisé Jean-Michel Pawlotsky et son équipe à l’Institut Mondor de Recherche biomédicale de Créteil.

Découverte de son mode d’action

L’équipe a ensuite examiné la manière dont la quercetagetine inhibe l’ARN polymérase. Ils ont étudié ses interactions avec l’enzyme, et ont découvert qu’elle s’y fixait au niveau d’une région clé, encore inconnue comme cible d’action antivirale. Un élément très important, puisque cette région de l’ARN polymérase est identique quel que soit le sous-type de virus de l’hépatite C. La quercetagetine serait donc efficace contre l’ensemble de ces virus.

Cette découverte ouvre donc la voie à une nouvelle approche thérapeutique prometteuse dans l’hépatite C. De plus, on peut noter que le virus de l’hépatite C n’est pas le seul à posséder une telle enzyme : des traitements exploitant ce mécanisme pourraient être également envisagés pour d’autres virus qui présentent une enzyme équivalente. Un coup double donc !


Source : Ahmed-Belkacem A, Guichou JF, Brillet R, Ahnou N, Hernandez E, Pallier C, Pawlotsky JM. Inhibition of RNA binding to hepatitis C virus RNA-dependent RNA polymerase: a new mechanism for antiviral intervention. Nucleic Acids Res 2014 ; 42 : 9399-409.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.