Mis à jour le 13 avril 2017

Troubles du rythme cardiaque : améliorer la prise en charge de la fibrillation auriculaire

  • La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme cardiaque courant dont le traitement le plus fiable réside en une ablation chirurgicale des tissus déficients du cœur en cas d’échec des médicaments.

  • Seulement, cette technique n’est pas efficace chez tous les patients et ses modalités varient selon les équipes médicales.

  • Les chercheurs souhaitent, à l’aide d’un modèle informatique avancé, rendre le traitement de la fibrillation auriculaire plus efficace.

Cette recherche est menée par Mirabeau Saha dans l’équipe « Calcul scientifique et modélisation » à l’Institut de Mathématique de Bordeaux.

Vos dons en actions
100008 €

Cette somme a été accordée par la FRM à Mirabeau Saha en 2016 pour mener ce projet.

La genèse du rythme cardiaque

Le cœur est une pompe composée de deux oreillettes et de deux ventricules. Les oreillettes reçoivent le sang et le transfèrent dans les ventricules. Ces derniers se contractent et le propulsent alors dans l’organisme. Ce système nécessite un contrôle précis de la contraction des différentes structures cardiaques. Il est régi par des cellules spécialisées situées dans l’oreillette droite. Ces cellules génèrent une impulsion électrique rythmique à la surface du cœur qui entraîne la contraction coordonnée des cellules musculaires cardiaques. Lorsque le signal électrique est perturbé, le rythme cardiaque devient erratique : c’est l’arythmie.
La fibrillation auriculaire et son traitement

La fibrillation auriculaire et son traitement

Parmi les arythmies cardiaques, la fibrillation auriculaire est l’une des plus fréquentes. Il s’agit d’une pathologie se traduisant par une contraction anarchique des oreillettes, ce qui rend l’action de la pompe cardiaque inefficace. Elle découle d’une accumulation de molécules, le collagène, entre les cellules musculaires, ce qui perturbe la communication électrique. Le traitement de la maladie consiste à détruire ces tissus défectueux par la chaleur à l’aide d’un cathéter (radiofréquence). Seulement, dans 30 % des cas, cette ablation est inefficace. De plus, la méthode pour détecter les tissus à brûler varie selon les centres hospitaliers. C’est pourquoi des chercheurs comme Mirabeau Saha redoublent d’efforts pour développer de nouveaux moyens de perfectionner ces traitements de la fibrillation auriculaire.

Simuler le fonctionnement cardiaque de manière virtuelle

L’équipe souhaite utiliser une approche originale. Depuis plusieurs années, les chercheurs travaillent sur la mise au point d’un véritable « simulateur cardiaque virtuel », capable de retranscrire avec précision l’activité électrique cardiaque en fonction des caractéristiques tissulaires du cœur. Durant ce projet, il s’agit de développer des modèles informatiques qui reproduisent fidèlement les anomalies des oreillettes afin de pouvoir étudier les stratégies d’ablation les plus pertinentes pour traiter la maladie.

Ces modèles seront basés sur des données de patients avec ou sans fibrillation auriculaire comme des images issues d’examens IRM ou encore des mesures de l’activité électrique à l’extérieur et à l’intérieur du cœur (via l’utilisation de cathéter cardiaque). Ces données seront corroborées par des informations recueillies chez l’animal.

Une fois ces modèles informatiques établis, l’équipe y introduira des paramètres de fibrillation auriculaire puis simulera différentes méthodes d’ablation afin d’identifier celles qui sont les plus efficaces pour tous les patients.

Leur étude, si elle s’avère concluante, permettra de développer une stratégie plus efficace de traitement de la fibrillation auriculaire : une véritable amélioration pour la prise en charge de cette pathologie.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.