Mis à jour le 18 juillet 2012

Cancer du côlon : comment les cellules cancéreuses deviennent résistantes à la chimiothérapie

  • Le cancer colorectal est une pathologie majeure avec environ un million de nouveau cas par an dans le monde.

  • L’irinotécan est un médicament anticancéreux prescrit pour traiter ce cancer dont l'efficacité est limitée par le développement progressif d’une résistance des cellules tumorales.

  • Les chercheurs souhaitent découvrir l'origine de cette résistance pour mieux la contrer.

Cette recherche est menée par Amélie Petitprez au sein de l’équipe « Biologie et thérapeutique du cancer » dirigée par Annette Larsen au Centre de Recherche Saint-Antoine à Paris.

Vos dons en actions
15600 €

La Fondation a sélectionné le projet d’Amélie Petitprez en 2011, et lui a attribué un financement de 15 600 euros pour finaliser ses recherches.


colon
De nombreux chercheurs étudient le cancer colorectal afin de proposer des traitements toujours plus efficaces capables d’augmenter la survie des patients, voire mieux, les guérir.

L’irinotécan est un médicament anticancéreux prescrit en clinique pour traiter le cancer du côlon. Cet agent de chimiothérapie présente une efficacité prouvée contre les cellules cancéreuses et permet leur élimination. Mais malheureusement son activité est limitée par le développement d’une résistance des cellules cancéreuses au traitement.

Le cancer du côlon a pour principal traitement de chimiothérapie l’irinotécan. Il est intéressant par sa double action : il provoque directement la mort des cellules cancéreuses en cassant l’ADN, et empêche également la vascularisation de la tumeur, la privant ainsi d’oxygène et d’éléments nutritifs nécessaires à sa croissance et à sa survie.

Malgré cette efficacité, certaines cellules cancéreuses vont être capables de « s’adapter » au traitement, le rendant inefficace. Le patient devient alors « résistant à l’irinotécan ».

Jeune chercheur au sein de l’équipe « Biologie et thérapeutique du cancer » dirigée par Annette Larsen au Centre de Recherche Saint-Antoine à Paris, Amélie Petitprez étudie les mécanismes mis en place par les cellules cancéreuses du côlon pour résister à l’irinotécan.

Son objectif est de caractériser l’influence d’une exposition prolongée à ce traitement sur la biologie des cellules cancéreuses colorectales in vitro (sur des cellules en culture) et in vivo (chez la souris). Elle souhaite ainsi déterminer si les mécanismes associés à la résistance à l’irinotécan sont similaires dans différents types de cellules tumorales, et identifier les modifications biologiques dans les cellules résistantes.

Ses recherches reposent sur un modèle de cellules de cancer colorectal développées au laboratoire, cultivées en présence d’irinotécan pendant un an, et devenues résistantes à cet agent.

La compréhension des mécanismes impliqués dans l’apparition de cette résistance permettra de développer d’autres traitements capables de cibler ces cellules cancéreuses devenues résistantes.

Les chercheurs pourront alors proposer de nouvelles combinaisons thérapeutiques adaptées aux patients devenus résistants à l’irinotécan.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.