Mis à jour le 9 novembre 2015

Cancer de l’estomac : lutter contre la bactérie Helicobacter pylori, un facteur de risque

  • Le cancer de l’estomac est une pathologie grave dont l’un des principaux facteurs de risque est l’infection chronique par une bactérie, Helicobacter pylori.

  • Le pathogène a la capacité de changer de forme, ce qui le protège des agressions environnementales comme la présence d’antibiotiques.

  • Les chercheurs souhaitent comprendre les mécanismes qui régissent ce processus en vue de développer de nouveaux traitements pour lutter contre l’infection.

Cette recherche est menée par Joel Berry dans l’équipe « Biologie et génétique de la paroi bactérienne » dirigée par Ivo Gomperts Boneca à l’Institut Pasteur de Paris.

Vos dons en actions
110400 €

Le projet de Joel Berry a été sélectionné en 2013 par le Conseil scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale. Il a été attribué au chercheur un financement de 110 400 €.

Quelques données sur le cancer de l’estomac

Le cancer de l’estomac est une pathologie courante : pour 2012, l’Institut national du cancer (Inca) évalue à 6 550 le nombre de nouveaux cas de la maladie en France. Elle aurait été responsable de 4 411 décès la même année. Le cancer de l’estomac est caractérisé par un développement silencieux, avec peu de symptômes en début de maladie.  Cela explique son dépistage tardif, souvent à un stade avancé pour lequel la prise en charge est plus difficile. De nombreux facteurs de risque peuvent favoriser l’apparition d’un cancer de l’estomac : alcool, tabac, alimentation salée… L’un des principaux est l’infection de l’estomac par une bactérie, Helicobacter pylori.
Cancer de l’estomac lutter contre la bactérie Helicobacter pylori

Helicobacter pylori : une bactérie à risque

Helicobacter pylori est présente dans l’estomac, chez environ 50 % de la population. Ses capacités de résistance aux conditions acides extrêmes lui permettent de vivre au sein de cet organe.

L’organisme n’est pas inactif face à l’infection par Helicobacter pylori: il met en place une réaction immunitaire et un processus inflammatoire chronique. Cette inflammation, dans les cas extrêmes peut aboutir à la formation d’ulcères et de cancers de l’estomac.

On retrouve en effet la bactérie dans 80 % de ces cancers. C’est pourquoi Joel Berry et son équipe souhaitent trouver de nouveaux moyens d’éradiquer ce pathogène.

Un changement de forme protecteur

Les chercheurs s’intéressent aux mécanismes mis en place par la bactérie pour résister à des stress provoqués par son environnement. En temps normal, la bactérie adopte une forme de spirale, ce qui lui permet de se déplacer aisément dans le mucus visqueux présent à la surface de la paroi de l’estomac. Lors d’une situation de stress (variation de la concentration d’oxygène, présence d’antibiotiques…), Helicobacter pylori prend une forme sphérique qui la protègerait de l’agression.

Un véritable problème car cette forme permet notamment à la bactérie de résister aux antibiotiques actuels. Pour le moment, les mécanismes moléculaires et génétiques impliqués dans le passage d’une forme à l’autre restent méconnus. Les chercheurs souhaitent donc les explorer au cours de ce projet.

Améliorer les connaissances sur le pathogène

L’équipe utilise ainsi des techniques de séquençage avancées afin d’isoler les gènes ayant une action dans le processus. Ils s’intéressent également à la manière dont les gènes sont exprimés lors de la transition d’une forme à l’autre afin de mieux comprendre leurs fonctions.

Les chercheurs pensent qu’affiner leurs connaissances sur le passage d’une forme en spirale à une forme sphérique par Helicobacter pylori permettra de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques. Un véritable pas en avant dans la prévention du cancer de l’estomac.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.