Mis à jour le 22 décembre 2022

NASH : un régime alimentaire équilibré réduit la fibrose

  • Une équipe de recherche a montré au sein d’un modèle animal que le rétablissement d’un régime alimentaire sain permet de diminuer la fibrose liée à la stéatohépatite non alcoolique (NASH).

  • Un résultat important car cette pathologie hépatique, liée à une mauvaise alimentation et à la sédentarité, fait le lit de la cirrhose, un facteur de risque de développer un cancer du foie.

  • Si elles sont confirmées par des études ultérieures, ces données ouvriront de nouvelles pistes de prise en charge de la pathologie

Cette avancée a été obtenue par Michel Samson et son équipe « Infection, immunité, facteurs environnementaux et foie [2IFEF] » à l’Institut de recherche en santé, environnement et travail de Rennes.

Vos dons en actions
400 000 €

Financement attribué à Michel Samson en 2018 pour un projet d’« Equipe FRM », qui portait sur le rôle de la mort des cellules hépatiques au cours des hépatites aigues et chroniques fibrosantes. 

La NASH et ses conséquences

La stéatohépatite non alcoolique, ou NASH, est un véritable fléau qui progresse de plus en plus en France et dans le monde. Ainsi, plus de 200 000 personnes seraient concernées dans l’hexagone. Cette pathologie représente une forme avancée de la stéatose hépatique non alcoolique, qui correspond à une accumulation de graisse dans le foie liée à une mauvaise alimentation et à un manque d’activité physique. Si rien n’est entrepris, une inflammation hépatique peut alors s’installer, donnant lieu à la NASH. Certaines cellules du foie meurent, laissant place à un tissu fibreux : c’est la fibrose.  

A terme, une cirrhose peut survenir, augmentant elle-même le risque de cancer du foie. Les chercheurs s’attellent donc à explorer des moyens d’enrayer le processus pathologique : une équipe a récemment avancé en ce sens, en montrant l’intérêt d’intervenir sur le plan diététique pour contrer l’installation de la fibrose.

Une fibrose partiellement réversible

L’équipe s’est ici intéressée à l’efficacité de mesures diététiques chez des modèles animaux de fibrose hépatique. Ces derniers ont tout d’abord suivi un régime riche en graisse et en cholestérol pendant 5 à 12 semaines. A l’issue de ce régime, les chercheurs ont observé divers paramètres tels que le taux sanguin de transaminases (témoin de la dégradation des cellules du foie), le degré d’accumulation de graisse hépatique et de fibrose. Les animaux ont par la suite été soumis à un régime standard pendant 4 ou 12 semaines. Cette intervention a induit une amélioration de la santé de leur foie (baisse de la graisse hépatique, de l’inflammation…) ainsi qu’une diminution de la fibrose.

Ces résultats démontrent qu’intervenir au point de vue diététique pourrait partiellement réduire la fibrose hépatique induite par le régime riche en graisse et en cholestérol. S’ils se confirment par la suite chez l’homme, ils pourraient ouvrir de nouvelles pistes de prise en charge.

Source : Farooq M et al. Switching to Regular Diet Partially Resolves Liver Fibrosis Induced by High-Fat, High-Cholesterol Diet in Mice. Nutrients 2022 ; 14 : 386. doi: 10.3390/nu14020386.

Vos dons en action

Découvrez les découvertes et projets de recherche soutenus par la FRM

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.