Mis à jour le 7 janvier 2016

Polyarthrite rhumatoïde : les transporteurs du cholestérol sont altérés par l’inflammation

  • Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ont un risque augmenté de développer une maladie cardiovasculaire.

  • Des chercheurs ont montré qu’une des causes de ce phénomène est un manque d’efficacité des protéines HDL chargées du transport du cholestérol dans l’organisme.

Cette découverte a été réalisée par Anatol Kontush et son équipe  « Dyslipidémies, Inflammation et Athérosclérose dans les Maladies Métaboliques » à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Vos dons en actions
80000 €

Le projet mené par Anatol Kontush a été sélectionné par le Conseil scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2009.

Il a été attribué au chercheur un financement de 80 000 € qui a contribué à l’obtention de ce résultat.

Le cholestérol est pourvoyeur de nombreuses pathologies cardiovasculaires. Lorsqu’il est présent en trop grande quantité dans la circulation, il peut s’accumuler dans les parois artérielles et provoquer une athérosclérose.

Pour éviter qu’une trop grande quantité de cholestérol ne soit présente dans le sang, la molécule est prise en charge par les High Density Lipoproteins (HDL) qui le transportent vers le foie pour sa dégradation.

De plus, ces HDL ont une activité antioxydante qui protège les vaisseaux sanguins.

Des chercheurs se sont intéressés à ce phénomène chez des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, un rhumatisme inflammatoire chronique qui attaque le cartilage et les os et peut entraîner un handicap à long terme.

L’équipe souhaitait savoir si l’inflammation chronique engendrée par la maladie influençait la fonction et la capacité antioxydante des HDL. Ils se sont ainsi penchés sur les HDL contenus dans le sang de patients, qu’ils ont comparé à ceux de personnes indemnes.

Les chercheurs ont découvert que certaines formes de HDL étaient modifiées lors de la polyarthrite rhumatoïde, et qu’une forte inflammation abaissait les capacités antioxydantes de ces molécules.

Ce mécanisme contribuerait à l’augmentation des risques cardiovasculaires observée chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde : un pas pour définir une stratégie thérapeutique adaptée.


Source : Gómez Rosso L et al. Altered lipidome and antioxidative activity of small, dense HDL in normolipidemic rheumatoid arthritis: relevance of inflammation. Atherosclerosis 2014 ; 237 : 652-60.




Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.