Mis à jour le 9 juin 2022

Variole du singe : que sait-on aujourd'hui ?

Plusieurs cas de variole du singe ont été récemment signalés aux Etats-Unis, mais également en Europe (Royaume-Uni, Espagne, Portugal, Suède, France).

Mais que sait-on aujourd’hui ?

La variole du singe est une zoonose, une maladie infectieuse ayant une origine animale. Elle est causée par le « virus de la variole du singe », appartenant aux orthopoxvirus. On en connait deux clades (groupes descendant d’ancêtres communs) : l’un dit « de l’Afrique de l’Ouest » et l’autre de « l’Afrique centrale ».

Sa transmission de l’animal vers l’humain se fait par contact direct avec des fluides biologiques provenant d’animaux morts ou vivants, porteurs de la pathologie. La transmission interhumaine est limitée, mais peut se faire par voie respiratoire, par contact direct ou indirect avec des liquides biologiques (vêtement, linge de maison…). Le virus est ainsi capable d’entrer par des lésions sur la peau, par les voies respiratoires ou les muqueuses. La transmission par voie aérienne nécessite un contact face-à-face prolongé.

La période d’incubation est de 6-13 jours, mais peut aller jusqu’à 21 jours.

Les symptômes de la pathologie sont la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires et une fatigue. Dans les 1 à 3 jours qui suivent la fièvre, une éruption cutanée apparait au niveau du visage puis s’étend aux autres parties du corps (mains, pieds, organes génitaux…). La variole du singe dure 2 à 3 semaines, et régresse spontanément.

Le taux de mortalité de la maladie varie selon le groupe viral, de 1 % pour le groupe de « l’Afrique de l’Ouest » à 10 % pour celui de « l’Afrique centrale ». Les enfants seraient plus à risque.

Un vaccin préventif existe pour la variole de singe, et le vaccin contre la forme « traditionnelle » de la variole donne également une protection contre l’infection, de l’ordre de 85 % selon l’OMS.

Sources : DGS Urgent du 19/05/2022 – Ministère des Solidarités et de la Santé ; OMS - Monkeypox - United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland ; OMS - Monkeypox

Pourquoi le virus se propage-t-il aujourd’hui ?

Alors que la pandémie de Covid-19 est encore présente, nous nous interrogeons déjà sur la propagation d’un autre virus, celui de la variole du singe. Pourquoi aujourd’hui ? Est-ce si soudain que cela ? Un article paru dans le Journal of the American Medical Association aborde ce point dans un paragraphe dédié.

Selon l’auteur, le nombre de cas de variole du singe a augmenté lorsque la variole « classique » a été déclarée éradiquée en 1980, éradication qui a eu pour conséquence la diminution du nombre de personnes vaccinées contre la variole. Or ce vaccin antivariolique serait également efficace contre la variole du singe, à hauteur de 85 %. Toujours dans l’article, on apprend que près de 80 % de la population était vaccinée contre la variole il y a 50 ans, contre 30 % aujourd’hui. Par conséquent, la baisse du nombre de personnes vaccinées expliquerait en partie l’augmentation de cas de variole du singe.

Enfin, l’auteur met en avant l’augmentation des voyages et des échanges qui favorisent les contacts à la fois entre les humains et entre les animaux et les humains, pour expliquer cette recrudescence.

Source : Emily Harris. What to Know About Monkeypox. JAMA. Published online May 27, 2022

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.