1 Français sur 5 est touché par une maladie mentale et des troubles psychiatriques

(sources : OMS)

Face à ce constat, donnons aux chercheurs les moyens nécessaires pour prévenir ces maladies, les diagnostiquer plus précocement, et trouver des traitements innovants et plus efficaces.

Une semaine pour faire avancer la recherche en santé mentale

Pour mettre en lumière l’enjeu de société que constitue la santé mentale, la Fondation pour la Recherche Médicale organise sa 4ème Semaine de la Recherche en Santé Mentale du 18 au 22 mars 2024. Elle lance également une campagne d’appel aux dons durant tout le mois de mars afin de soutenir de façon durable la recherche dans ce domaine.

  • 3 millions de Français souffrent de troubles psychiques sévères

  • 75% des maladies psychiatriques débutent avant 25 ans

  • Seulement 1/3 des patients répond bien aux traitements

  • Seul 4% du budget de la recherche biomédicale est alloué à la psychiatrie en France

Un domaine de la recherche largement sous financé au regard des besoins

Depuis la pandémie mondiale qui a amplifié les besoins de prise en charge en santé mentale, et particulièrement celle des jeunes, les maladies psychiatriques constituent un enjeu prédominant de santé publique. Outre leur impact sur la vie personnelle, scolaire ou professionnelle des patients, elles représentent en France l’un des premiers postes de dépense en santé. Aujourd'hui, elles touchent près d’1/5 de la population, soit 13 millions de Français. 

Silencieuses, marginalisées ou encore jugées honteuses, ces pathologies, parfois développées dès l’adolescence, sont souvent diagnostiquées trop tardivement et pas suffisamment bien prises en charge. Les conséquences sur la vie des patients sont lourdes : isolement, baisse d’estime de soi, exclusion du monde du travail ou de la vie scolaire… Malgré des efforts récents, les investissements en recherche médicale restent encore trop faibles pour mieux prévenir les maladies psychiatriques et déployer une médecine de précision, qui permettra de soigner de manière ciblée et d'adapter le traitement en fonction des caractéristiques du patient et de sa pathologie.

#temoignage

Quentin, souffre de schizophrénie. Il témoigne.

Un récit fort et émouvant pour mieux comprendre la pathologie mais aussi le quotidien des personnes touchées, malades et proches.

La santé mentale des jeunes demeure un problème massif

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence les troubles de la santé mentale des jeunes, une population chez laquelle on retrouve des taux élevés de dépression et de suicide. C’est dans ce contexte que le Pr David Cohen nous livre son regard.

« La dégradation de la santé mentale des jeunes est un phénomène qui a en réalité débuté avant la pandémie de Covid. Il se traduit à la fois par une augmentation des consultations de psychiatrie et par l’apparition de problématiques nouvelles, facteurs de cette dégradation de la santé mentale : les questionnements sur l’identité de genre ; la pratique des réseaux sociaux et le harcèlement, car la vie des jeunes aujourd’hui est autant réelle que virtuelle ; et, enfin, l'anxiété écologique, avec une jeunesse qui a des difficultés à se projeter dans des trajectoires de vie. »

Pr David Cohen Chef du Service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (AP-HP).

Soutenez les chercheurs
aux côtés de la Fondation pour la Recherche Médicale

Après réduction fiscale, votre don vous revient à
Vous pouvez déduire 66% du montant de votre don dans la limite de 20% de votre revenu net imposable.

Pourquoi vous mobiliser aux côtés de la recherche ?

Les enjeux de la recherche sont nombreux et il est urgent de déployer la médecine de précision en psychiatrie pour adapter le bon traitement en fonction des caractéristiques du patient et de sa pathologie. Car à ce jour, seulement un tiers des malades répond bien aux traitements, un tiers y répond partiellement et un tiers n’y répond pas du tout.

Ainsi, les chercheurs sont mobilisés pour :

  • Comprendre les composantes génétiques et environnementales à l’origine des pathologies psychiatriques ;
  • Identifier des biomarqueurs afin d’établir un diagnostic précoce ;
  • Prédire l’évolution de la maladie et adapter une prise en charge personnalisée ;
  • Identifier de nouvelles cibles moléculaires pour développer des traitements spécifiques à chacune de ces maladies…

Autant de pistes de recherche sur lesquelles les chercheurs avancent.

Faire un don aujourd'hui à la FRM est sans aucun doute le meilleur moyen d'aider les chercheurs à améliorer le diagnostic, trouver de nouveaux traitements et ainsi mieux prendre en charge les personnes atteintes d'un trouble psychiatrique.

Recherches financées par vos dons

Ils se mobilisent aux côtés de la FRM pour la santé mentale

Bandeau de logos des partenaires Fondation Sisley-d'Ornano, FDJ, Sicame et BMFTV qui soutiennent la FRM sur la santé mentale

Inscription en cours

Restez informé(e) !

Abonnez-vous pour recevoir les actualités et communications de la FRM, les projets et découvertes sur toutes les maladies...

Vous pouvez à tout moment vous désabonner, en bas de chaque email.

Par respect de votre vie privée, nous ne ferons aucun autre usage de votre adresse email. Consulter notre Politique de confidentialité.

Merci pour votre inscription !

Vous faites maintenant partie des abonnés à la newsletter de la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM).

Vous recevrez chaque mois nos newsletters et actualités rythmées par les avancées médicales, les témoignages de chercheurs et patients, nos évènements… ainsi que nos communications ponctuelles.

Vous pouvez à tout moment vous désabonner, en bas de chaque email.

À PROPOS DE LA
FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE

Depuis 75 ans, la Fondation pour la Recherche Médicale (FRM) se bat pour la vie, en stimulant et en soutenant le progrès qui a le potentiel demain d’améliorer et de sauver des vies.

En adoptant une démarche pluridisciplinaire, la FRM encourage, sélectionne et finance des projets de recherche prometteurs sur toutes les maladies : cancers, maladies cardiovasculaires, maladies neurologiques et psychiatriques, maladies infectieuses, etc.

La FRM soutient chaque année plus de 400 nouvelles recherches menées dans les laboratoires des organismes publics de recherche et d’enseignement supérieur (INSERM, CNRS, INRA, CEA, Universités, grandes écoles, établissements de santé…).

Indépendante, la FRM agit grâce à la générosité de ses donateurs, testateurs et partenaires.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.