FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Découverte - Recherche soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale

La recherche avance.
Agissez pour votre santé et celle de vos proches.

je donne
Paiement 100% sécurisé

Tuberculose : vers la mise au point d’un nouveau vaccin

Tuberculose : vers la mise au point d’un nouveau vaccin
  • Le BCG, le vaccin contre la tuberculose, présente une efficacité limitée et atténuée au cours du temps.
  • Les chercheurs se penchent donc sur le développement de nouveaux vaccins plus performants en se basant sur des technologies avancées.
  • Une étude a mis en évidence le mode d’action d’un candidat vaccin qui a démontré des résultats intéressants chez la souris.

Cette découverte a été réalisée par Roland Brosch et son équipe « PathogénomiqueMycobactérienne Intégrée » à l’Institut Pasteur de Paris.

La nécessité d’un nouveau vaccin anti tuberculeux

La tuberculose est une pathologie infectieuse liée à une bactérie : Mycobacteriumtuberculosis. Cette maladie est encore très présente dans le monde, et malheureusement à l’origine de trop nombreux décès. L’Organisation mondiale pour la santé a estimé à 1,8 million le nombre de morts imputables à la tuberculose pour 2015. Si la vaccination contre cette maladie existe depuis longtemps maintenant (près d’un siècle), elle n’est efficace que contre les formes disséminées de tuberculose chez les jeunes enfantsmais son effet s’atténue avec le temps et protège peu contre la tuberculose pulmonaire de l’adulte, la forme qui entretient la transmission. Ces éléments conduisent les équipes à tester de nouveaux vaccins contre la maladie, avec des premiers résultats prometteurs. Des chercheurs sont ainsi parvenus à décrypter chez la souris, grâce à des techniques avancées de biologie moléculaire, la réponse immunitaire déclenchée par un candidat vaccin expérimental et à élucider les raisons de son efficacité.

Comment fonctionne la vaccination ?

Pour comprendre leurs résultats, revenons tout d’abord sur le principe de la vaccination. Elle est basée sur la capacité de mémorisation du système immunitaire. Lorsqu’un pathogènepénètre dans l’organisme, il est reconnu par les cellules immunitaires qui mettent en place des mesures pour le détruire. Lors de la réaction immunitaire, certaines cellules spécialisées sont en charge de « mémoriser » le pathogène rencontré.  Cette mémorisation permet aux globules blancs, en cas de deuxième rencontre avec ce même pathogène, de réagir plus rapidement et plus efficacement.

La vaccination consiste à injecter dans l’organisme une forme atténuée du pathogène, c’est-à-direun pathogène auquel on a supprimé les facteurs de virulence, afin qu’il n’entraîne pas le développement de la maladie mais soit juste reconnu par le système immunitaire. En retour, ce dernier garde en mémoire cette rencontre, lui permettant d’être plus réactif face à la version « virulente » du pathogène.

Un candidat vaccin prometteur

Le vaccin expérimental testé par les chercheurs est basé sur une souche atténuée de Mycobacterium tuberculosisdifférente de celle utilisée dans le vaccin classique : les chercheurs y ont inactivé par génie génétique 5 protéines essentielles à leur virulence, rendant les bactéries inoffensives.

Le vaccin expérimental, injecté à des souris, provoque une réaction immunitaire comparable à celle observée avec les souches bactériennes « naturelles ». Cette caractéristique provient du fait que les bactéries atténuées, si elles ne sont plus capables de fabriquer les protéines pathogènes, sont toujours capables de synthétiser et d’émettre vers l’extérieur des protéines de structure très proches. Les bactéries utilisées dans le vaccin BCG n’ont, au contraire, pas la possibilité d’émettre vers l’extérieur de telles protéines. Cela explique l’efficacité du vaccin : ce sont ces protéines qui sont reconnues par le système immunitaire, et entraînent une réaction analogue à celle obtenue avec la souche pathogène.

Cette étude marque une avancée dans la mise au point de nouveaux vaccins contre la tuberculose, en attendant de pouvoir passer à des tests précliniques plus avancés.

Source : Communiqué de presse de la revue PLOS ; Sayes F et al. Toward an effective TB vaccine: Analysis of the immune response to a promising candidate. PLoS Pathog 12 : e1005770. http://dx.plos.org/10.1371/journal.ppat.1005770

Date de publication : 01/12/2016

Vos dons
en actions

291600 €

Cette somme a été allouée à Roland Brosch en 2013 par le Conseil Scientifique de la FRM et a contribué à l’obtention de ce résultat.

La maladie

Tuberculose
La tuberculose est une maladie infectieuse à l’origine de trop nombreux décès dans le monde, et en recrudescence en France. Si des traitements et un vaccin contre la maladie existent, il reste des formes multirésistantes dont la prise en charge est lourde et onéreuse. Aussi, la recherche se bat sur tous les fronts pour développer de nouvelles thérapies contre ces maladies.

Découvertes

Tuberculose : découverte d’un mécanisme immunitaire qui facilite l’infection

Recherches

Tuberculose : identifier les molécules qui facilitent l’infection bactérienne

Tuberculose : identifier des moyens pour contourner la résistance bactérienne

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact
SIREN : 784 314 064

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous
// tuberculose-vers-la-mise-au-point-dun-nouveau-vaccin