FONDATION POUR LA RECHERCHE MÉDICALE
Pour que la recherche bénéficie à tous
Espace chercheur Espace donateur

PARTAGER

Découverte - Recherche soutenue par la Fondation pour la Recherche Médicale

La recherche avance.
Agissez pour votre santé et celle de vos proches.

je donne
Paiement 100% sécurisé

Sclérose en plaques : découverte de cellules immunitaires qui induisent la mort des neurones

Sclérose en plaques : découverte de cellules immunitaires qui induisent la mort des neurones
  • La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune du système nerveux central.
  • Le laboratoire du Pr Roland Liblau, à Toulouse, a découvert un nouveau mécanisme à l’origine des lésions de la sclérose en plaques.
  • Grâce à des modèles de souris qui miment la maladie, il a démontré que la destruction des neurones est directement induite par certaines populations du système immunitaire.

Une interview du Pr Roland Liblau, Directeur du Centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan et co-responsable de l'équipe "Maladies inflammatoires du système nerveux : mécanismes et traitements"

Quelle est l’objectif de votre projet ?

Nous avons pour but de comprendre les mécanismes immunologiques anormaux à l’origine des lésions de la sclérose en plaques (SEP) dans le système nerveux central. On sait déjà qu’un certain type de cellules immunitaires, les lymphocytes T, sont responsables de l’attaque du système nerveux central, provoquant une inflammation pathologique. Mais il existe plusieurs sous-types de lymphocytes T dans l’organisme ; nous voulons identifier ceux qui sont impliqués dans la maladie. Nous développons pour cela des modèles originaux de souris génétiquement modifiées pour reproduire les lésions caractéristiques de la SEP.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune durant laquelle les cellules du système immunitaire s’attaquent à la myéline (superposition de membranes qui forme une gaine autour des neurones) perturbent la transmission de l’influx nerveux, et induisent la destruction des fibres nerveuses. Pour créer ce modèle animal, nous induisons la réaction d’auto-immunité de manière similaire à celle qui a lieu lors de la maladie humaine. Nous évaluons ensuite quel sous-type de lymphocyte intervient et comment il agit.

Une interview du Pr Roland Liblau, Directeur du Centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan et co-responsable de l'équipe "Maladies inflammatoires du système nerveux : mécanismes et traitements"

Avez-vous obtenu des résultats intéressants ?

Oui, car nos souris développent des lésions tout à fait similaires à celles observées très tôt dans la SEP humaine : une destruction importante de la myéline et la mort des neurones. De plus, nous avons découvert récemment que certains lymphocytes T (appelés CD8), lorsqu’ils pénètrent dans le système nerveux central, peuvent interagir avec les neurones et induire leur mort par apoptose (une mort cellulaire particulière, programmée par la cellule). Nous pensons que les lymphocytes T CD8 peuvent avoir un rôle pathogène semblable dans la SEP chez l’homme.

Dans quelle direction orientez-vous vos futurs travaux ?

Nous nous penchons actuellement sur la manière dont ces lymphocytes T CD8 passent du sang vers le système nerveux central. Une remise en cause d’un dogme classique ! Jusqu’à très récemment, en effet, on croyait que les cellules immunitaires ne pouvaient pas franchir la barrière hématoencéphalique, qui isole le système nerveux central de la circulation sanguine.

Une nouvelle voie thérapeutique pourrait voir le jour si nous comprenons comment ces cellules s’infiltrent. On peut imaginer bloquer ce passage à l’origine du processus inflammatoire et des lésions dans la sclérose en plaques.

Une question qui va bien au-delà de la SEP, d’ailleurs. Car on s’aperçoit aujourd’hui que dans d’autres maladies du cerveau (comme la maladie de Parkinson), les cellules immunitaires ont aussi un rôle pathogène. Nos travaux pourraient contribuer, nous l’espérons, à ouvrir de nouvelles perspectives.


Date de publication : 01/06/2014

Vos dons
en actions

300000 €

Ces résultats ont été obtenus grâce au soutien de la Fondation pour la Recherche Médicale.


Son Conseil scientifique a attribué un financement de 300 000 euros en 2009 à l’équipe de Roland Liblau, ainsi que le label « Equipe FRM », un gage d’excellence et d’innovation.

La maladie

Sclérose en plaques
La sclérose en plaques est une maladie au cours de laquelle le système immunitaire s’attaque à la myéline, une gaine située autour des fibres nerveuses

Découvertes

Sclérose en plaques : découverte d’un mécanisme fondamental impliqué dans la remyélinisation

Sclérose en plaques : mise au point d’une méthode d’imagerie pour quantifier l’atteinte neuronale dans la maladie

Sclérose en plaques : des améliorations dans les connaissances des déficits cognitifs

Recherches

Sclérose en plaques : étudier la myéline pour améliorer la prise en charge de certaines maladies neurologiques

Sclérose en plaques : Mieux comprendre les mécanismes de réparation de la myéline pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques

Sclérose en plaques : mieux comprendre les atteintes cognitives

Fondation pour la Recherche Médicale
54 rue de Varenne - 75007 Paris / Tél : 01 44 39 75 75 / Formulaire de contact

La Fondation pour la Recherche Médicale est agrée par le Comité de la Charte du don en confiance
Elle est reconnue d'Utilité Publique, et habilitée à recevoir des dons, legs, donations et assurances-vie.

Suivez-nous