Ces dernières décennies, la prise en charge de la sclérose en plaques a été améliorée, l’arsenal thérapeutique s’est étoffé.

Lors des phases de poussées, des corticoïdes sont administrés permettant de réduire leur durée.

Des traitements dits « de fond » ont vu le jour. Ils visent à diminuer la fréquence des poussées et à ralentir la progression de la maladie. Deux grands types de traitement se dégagent :

  • Les immunomodulateurs (biothérapies) qui visent à freiner le système immunitaire pour limiter l’intensité de la réaction inflammatoire.
  • Les immunosuppresseurs qui ciblent les cellules immunitaires afin de supprimer totalement la réaction inflammatoire. Leur usage est réservé aux formes les plus graves de la maladie, car elles exposent à un risque d’infections opportunistes, c’est-à-dire des infections ayant lieu lorsque le système immunitaire est moins efficace.

En marge de ces traitements visant à freiner la pathologie, d’autres thérapies ont pour but d’atténuer ses symptômes. La douleur peut être traitée par des antalgiques, et les épisodes dépressifs par des antidépresseurs et une psychothérapie adaptée. En parallèle, une rééducation peut être proposée permettant d’améliorer le quotidien des malades et de leurs proches.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.