La maladie de Parkinson est due à la disparition progressive de certains neurones dans le cerveau, les neurones dopaminergiques (producteurs de dopamine). Cela provoque une baisse de la synthèse de dopamine, une substance qui transmet l’information entre neurones, dans une région du cerveau essentielle au contrôle des mouvements.

Grâce à l’étude de formes génétiques très rares de la maladie, on sait aussi qu’une autre molécule est impliquée dans la physiopathologie : l’alpha-synucléine. Elle s’accumule de manière anormale dans les neurones pour former des agrégats appelés « corps de Lewy ». Les chercheurs pensent que ces agrégats d’alpha-synucléine sont à l’origine de la dégénérescence des neurones dopaminergiques. Présents dans d’autres types de neurones de diverses régions du cerveau, les corps de Lewy sont aussi très probablement la cause des autres symptômes de la maladie.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.