Tout d’abord, du point de vue des solutions non médicamenteuses, les chercheurs évaluent aujourd’hui l’impact de l’activité physique dans la maladie de Parkinson : c’est la neurorééducation. Non seulement elle améliore les symptômes moteurs, mais elle pourrait aussi avoir un effet protecteur sur les neurones contre la dégénérescence. D’après les recherches sur l’animal, certains exercices intenses stimuleraient même la régénération des neurones. Mais pour espérer un vrai bénéfice au niveau de la neuroprotection, il semble que 3 à 4 heures d’exercice intense soient nécessaires chaque jour, ce qui pour la plupart des malades est tout simplement impossible.

Du côté de la pharmacologie, on teste des substances qui pourraient protéger les neurones et donc limiter leur dégénérescence. La difficulté est d’atteindre le cerveau et les neurones de manière spécifique. Pour la contourner, une solution serait d’injecter directement ces molécules dans le cerveau.

Une autre option pourrait être de les faire synthétiser par le cerveau lui-même par thérapie génique. A cette fin, on tente d’introduire les gènes qui permettent la synthèse de la dopamine dans les cellules cérébrales. Reste à évaluer précisément les doses et fréquences optimales des injections. Et le type de patients à qui ces dernières bénéficieront le plus.

Une autre approche, l’immunothérapie, vise à concevoir des anticorps capables de se lier spécifiquement à l’alpha-synucléine afin de l’inactiver et/ou de l’empêcher de s’agréger. Des essais sont en cours chez l’homme pour vérifier l’efficacité de cette technique. 

Enfin, la thérapie cellulaire se propose de remplacer les neurones disparus par une greffe de nouvelles cellules. Les avancées dans l’utilisation des cellules souches, qui permettent de produire une source illimitée de neurones dopaminergiques, ont permis de relancer les recherches par de nombreuses équipes dans le monde.

Des essais sont en cours pour vérifier l'efficacité de l'immunothérapie chez l'homme.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.