#genetique-depression

La génétique joue un rôle dans la dépression

VRAI

La dépression est une maladie complexe où interviennent des facteurs de l’environnement (stress, traumatismes émotionnels, etc.) mais aussi une prédisposition individuelle.

Les études chez les jumeaux, par exemple, confirment l’existence de facteurs génétiques de sensibilité à la dépression même si l’on sait aujourd’hui qu’il n’existe pas un gène de la dépression.

Les recherches visent actuellement à identifier ces facteurs génétiques de vulnérabilité ou au contraire de protection.

#antidepresseur-depression

Les antidépresseurs rendent dépendants

VRAI - FAUX

Les antidépresseurs appartiennent à la famille des « psychotropes », qui sont prescrits pour le traitement des maladies psychiatriques.

Ces médicaments agissent sur le psychisme et le comportement, et certains induisent en effet un phénomène de dépendance psychique et physique.

C’est le cas de certains anxiolytiques dont l’arrêt brutal se traduit par des troubles organiques (maux de tête, faiblesse musculaire, tremblements, rebond de l’anxiété ou de l’insomnie, etc.).

En revanche, les antidépresseurs n’induisent aucune dépendance physique. Il peut néanmoins y avoir une certaine dépendance « psychologique » qui nécessite d’envisager, avec son médecin, un arrêt progressif du traitement.

#saison-influence-depression

Les saisons ont une influence sur la dépression

VRAI

Chez certains patients, la dépression revient de façon cyclique chaque année lorsque l’intensité et la durée de la lumière solaire diminuent.

La quantité de lumière du jour à laquelle nous sommes exposés influence la production de sérotonine dans notre cerveau, une molécule qui a une influence notamment sur l’humeur.

D’ailleurs, dans les pays proches du cercle polaire, avec quelques heures à peine de lumière par jour l’hiver, la dépression est plus fréquente.

#egalite-depression

Hommes et femmes sont égaux devant la dépression

FAUX

Les femmes sont deux fois plus touchées que les hommes par la dépression.

À cela, des explications d’ordre psychologique : d’après les recherches de psychiatres américains, les femmes sont plus sensibles aux problèmes de leur entourage familial.

Sont aussi impliqués des facteurs hormonaux, notamment après un accouchement (dépression du post-partum) ou durant la ménopause.
#medicament-psychotherapie-depression

Médicaments ou psychothérapie, il faut choisir

FAUX

Ils sont au contraire complémentaires.

De façon un peu schématique, on considère que les médicaments aident au moment de la crise elle-même, pour diminuer les symptômes physiques mais aussi psychiques.

Une psychothérapie et/ou une aide psychique sont cruciales pour tenter de comprendre ce qui a déclenché l’épisode dépressif majeur et diminuer les risques de récidives.
#electrochocs-depression

Les électrochocs sont encore utilisés pour traiter la dépression

VRAI

Le corps médical parle d’électroconvulsivothérapie (ECT). Il s’agit toujours d’administrer un bref courant électrique à travers le crâne pour provoquer une sorte de crise d’épilepsie.

L’ECT est aujourd’hui pratiquée sous anesthésie générale et curarisation (emploi de médicaments qui agissent comme le curare et suppriment les contractions musculaires).

L’intensité de la stimulation est adaptée pour chaque malade en fonction de la réponse psycho-physiologique enregistrée pendant le traitement. L’ECT est efficace pour traiter les dépressions résistantes aux médicaments.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.