Mis à jour le 7 janvier 2016

Du stress à la dépression : un mécanisme moléculaire identifié

  • Du stress à la dépression : un mécanisme moléculaire identifié

  • Grâce au financement de la Fondation, des chercheurs sont parvenus à élucider un mécanisme qui régit la réponse de l’organisme aux situations de stress chronique.

  • Un pas important, car le stress chronique peut conduire à des pathologies psychiatriques comme l’anxiété ou la dépression.

Cette découverte a été réalisée par Jacques Barik de l’Institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire à Valbonne et François Tronche de l’équipe « Génétique Moléculaire, Neurophysiologie et Comportement » à l’Institut de Biologie Paris Seine.

Vos dons en actions
55200 €

Le projet de François Barik a été sélectionné par le Conseil Scientifique de la Fondation pour la Recherche Médicale en 2009.

Il a alloué au chercheur un financement de 55 200 € pour le mener à bien.

Molécule et cerveau
En réponse à un stress, l’organisme sécrète une hormone « du stress », un glucocorticoïde, qui modifie le comportement cognitif, émotionnel et social pour s’adapter et faire face à la situation. En revanche, un stress prolongé a des répercussions psychiatriques, comme le développement d’une anxiété ou la dépression.

Jusqu’à présent, les mécanismes en jeu n’étaient pas connus. Jacques Barik et François Tronche, en collaboration avec l’équipe dirigée par le Dr Philippe Faure, ont découvert un mécanisme moléculaire responsable des modifications des interactions sociales chez des souris exposées à un stress chronique (des agressions répétées par leurs congénères).

Ils ont montré qu’une inactivation du récepteur des glucocorticoïdes au sein de certaines zones cérébrales permettait de prévenir les effets comportementaux du stress ainsi que les changements cellulaires engendrés par celui-ci. Ces travaux pointent vers une régulation de la dopamine, un messager chimique impliqué dans le contrôle de l’humeur.

Cette découverte, si elle se confirme chez l’homme, pourrait déboucher sur de nouvelles cibles thérapeutiques dans la dépression.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.