L’apparition d’une addiction implique l’activation d’un circuit dit « de récompense » dans le cerveau. Ce dernier met en jeu des neurones particuliers : les neurones dits dopaminergiques. Ils sont responsables de la production d’une molécule, la dopamine.


Dans des conditions normales, une action positive ou plaisante pour l’organisme enclenche une sécrétion accrue de dopamine dans le cerveau, particulièrement au sein d’une zone, le noyau accumbens, ce qui se traduit par une sensation de plaisir. Ce mécanisme est très utile, par exemple, pour les phases d’apprentissage et l’assouvissement de nos besoins vitaux.


La consommation de certaines substances ou le fait d’effectuer certains actes fait augmenter artificiellement la production de dopamine au sein de cette zone, au-delà de la normale. Pour retrouver cette sensation agréable, le patient est alors incité à renouveler l’expérience, ce qui crée un mécanisme dit de  « renforcement positif ».


De plus, le cerveau a une capacité devenir de moins en moins sensible aux conduites addictives, ce qui pousse à augmenter au fur et à mesure leur fréquence : c’est la dépendance.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.