Un des problèmes posés par la tuberculose est l’apparition de certaines souches de bacilles insensibles aux antibiotiques habituellement utilisés. On qualifie ces tuberculoses de « multirésistantes ». L’OMS estime que, pour 2015, 480 000 personnes ont développé cette forme de la pathologie (dont près d’un quart seulement aurait été détecté), souvent en raison d’un mésusage des traitements. Elle nécessite des thérapies plus lourdes, plus chères et génératrices de potentiels effets secondaires. Il est ainsi important pour les chercheurs de trouver de nouvelles pistes de prise en charge.

Leur intérêt se porte notamment sur la vaccination contre la maladie. En effet, le vaccin BCG n’a qu’une efficacité limitée chez les adultes. Les chercheurs souhaitent ainsi développer des vaccins plus performants permettant de mieux protéger les populations. Une stratégie thérapeutique qui est suivie par de nombreuses équipes de recherche.

D’un point de vue plus fondamental, les chercheurs s’intéressent également aux facteurs moléculaires qui confèrent aux bacilles leur virulence envers l’organisme, et à ceux qui participent à leur propagation. Ces études pourraient déboucher sur la mise au point de nouveaux moyens de traitements axés sur la lutte contre ces facteurs.




Un des problèmes posé par la tuberculose est l’apparition de certaines souches de bacilles « multirésistantes »




Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.