Les recherches restent très actives sur tous les fronts pour combattre le virus. 

Du côté de la recherche fondamentale, un travail franco-international a isolé des cellules immunitaires particulières capables de contrôler l’infection chez certains patients. Ces lymphocytes T dits « cross réactifs » ont la capacité de détecter et de contrôler la propagation du virus. Leur caractérisation pourrait ouvrir une piste intéressante pour la construction d’un vaccin contre la maladie.

Plus étonnant, des médecins ont observé deux cas de patients infectés par le VIH qui, 8 mois après une greffe de moelle effectuée pour traiter une autre maladie, présentaient un taux de virus indétectable dans le sang. Ils cherchent actuellement à s’assurer que le virus ne réapparait pas plus tard, ce qui serait synonyme de rechute pour ces patients.

Du point de vue de la prévention, les scientifiques ont récemment mis en évidence les effets bénéfiques de la circoncision dans la réduction du risque d’être infecté chez l’homme.  Les raisons physiologiques exactes de cette protection restent encore mal comprises, mais des recherches sont menées pour expliquer cette observation.  Une des hypothèses est que l’ablation du prépuce induit un épaississement de la muqueuse qui pourrait former une sorte de barrière contre le virus. Ces résultats devraient entrainer la mise en œuvre de programme de circoncision volontaire sur le continent africain.

Autant de nouveautés qui laissent présager des améliorations de la prise en charge de la maladie dans les années à venir.

Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.