Le paludisme est une pathologie « parasitaire », c’est-à-dire liée à un pathogène vivant au dépens de l’organisme qu’il infecte. Ici, le parasite en cause est le Plasmodium. Plusieurs espèces de Plasmodium sont à l’origine du le plus répandu et le plus dangereux étant le Plasmodium falciparum, les autres étant moins fréquents et responsables d’infections moins sévères.

Le Plasmodium est transmis à l’Homme par la piqûre d’un moustique femelle, l’Anophèle. Une fois dans le sang, le parasite va dans les cellules du foie pour s’y multiplier. Les nouveaux micro-organismes produits s’attaquent ensuite aux globules rouges, dans lesquels, là encore, ils se multiplient. Cette infection fait exploser les cellules sanguines. Les parasites recolonisent le moustique lorsqu’une personne malade est piquée. Il peut ensuite transmettre la pathologie.

Selon le site de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), dans les pays les plus touchés, la transmission du parasite peut aussi avoir lieu au cours de transfusions sanguines ou entre la mère et l’enfant à la fin d’une grossesse.



Le paludisme est une maladie parasitaire



Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.