Devant ces symptômes évocateurs de méningite, le praticien aura principalement recours à un examen afin de mettre en évidence la pathologie : la ponction lombaire. L’idée est ici de prélever du liquide céphalorachidien (LCR), le liquide biologique dans lequel baignent le cerveau et la moelle épinière, en vue de détecter les éventuels pathogènes qui s’y trouvent. Deux cas de figure peuvent alors se présenter :


  • Le LCR est dit « clair » : le germe en cause dans la méningite semble être un virus.
  • Le LCR est trouble, « purulent » : cet élément est en faveur d’une méningite bactérienne.

Le liquide est ensuite analysé pour déterminer avec précision l’espèce incriminée et mettre en place un traitement ciblé sur le pathogène.


En complément de la ponction lombaire, d’autres examens peuvent être réalisés. Tout d’abord, une prise de sang vise à évaluer l’état général du patient. Elle peut être complétée d’examens d’imagerie médicale comme l’imagerie par résonnance magnétique (IRM), afin d’observer les atteintes cérébrales éventuelles, ou encore l’électroencéphalogramme, également pour visualiser des dysfonctionnements cérébraux.







La ponction lombaire est l'un des principaux examens pour diagnostiquer une méningite






Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.