L’infection est considérée comme nosocomiale si elle était absente au moment de l’admission du patient à l’hôpital et donc si elle est contractée pendant les soins. Généralement, on envisage cette possibilité lorsque l’infection se déclare 48 heures après l’admission. Pour les infections relatives au site opératoire, elles seront considérées comme nosocomiales en cas d’apparition dans les 30 jours suivant l’opération. Ce délai peut même être porté à un an lors de la pose d’une prothèse ou d’un implant.
Les cookies permettent d’améliorer la diffusion de nos informations, de mieux gérer vos centres d’intérêt, d’établir des statistiques et d’évaluer les performances du site. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l’utilisation. Pour plus d’informations ou vous opposer à cette utilisation, rendez-vous sur cliquez ici.